×
Accueil Afrique Agriculture Ailleurs sur le web Amerique Asie Chronique Coronavirus Dernieres dépêches Diaspora Diplomatie Education Élection présidentielle de 2020 au Togo En kiosque Environnment Europe Evènement Golfenews auf Deutsch Golfenews in English Humour / Histoires drôles InnovAfrica 2014 Justice LE COIN DES ANGLOPHILES Médias Music-clip vidéo Musique Poème Portrait Présidentielle 2015 au Togo Reportage vidéo Santé Transport
 

 

Buton haut de page
Météo
Mercredi 29 Juin 2022   -   06 : 07 à Lomé
Facebook Twitter Instagram Linkedin Youtube
A propos   |   Contacts   |   Blogs
Pour la Liberté et le Pluralisme
DANS L'ACTU :
Les méandres de l’introduction en Bourse d’Alibaba
19 septembre 2014   -   Par Kouamivi Sossou
Les investisseurs s’apprêtent en réalité à devenir actionnaires d’une holding siégant aux Îles Caïmans, le capital du groupe chinois restant rigoureusement fermé aux investissemeurs étrangers.

Après avoir abandonné un premier projet de cotation à Hong-Kong, Alibaba est sur le point de boucler son introduction sur le New York Stock Exchange. L’appétit pour les valeurs Internet et pour le géant chinois du commerce en ligne apparaît tel que le groupe aurait relevé la fourchette intitiale de prix, jusqu’à près de 70 dollars par action désormais.

La cotation d‘Alibaba lui permettrait de lever environ 21,1 milliards de dollars, ce qui en ferait la plus importante introduction en Bourse du secteur technologique jamais réalisée aux Etats-Unis. En cas d’exercice de l’ensemble des clauses de surallocation, le total atteindrait même 24,3 milliards de dollars, soit un record absolu pour une introduction en Bourse devant celle d’Agricultural Bank of China qui avait levé l’équivalent de 22 milliards en 2010.

Hors normes par le montant, l’opération est aussi tout à fait singulière dans la mesure où Alibaba n’introduit en réalité pas la moindre fraction de son capital en Bourse. Alibaba Group Holding Limited qui ouvre son capital n’est en réalité qu’une société ombrelle sise à George Town, aux îles Caïman, territoire britannique d’outre-mer dénué de souveraineté et qui se trouve être un pôle financier international.

En effet, les lois chinoises interdisent tout investissement étranger au capital d’entreprises de nombreux secteurs, dont les télécoms et Internet: il est donc tout à fait exclu qu’Alibaba accueille des actionnaires étrangers. À Wall Street, les investisseurs obtiendront des parts de la holding caribéenne, laquelle est contractruellement associée aux bénéfices (ou aux pertes le cas échéant) des sociétés chinoises qui jouissent de la pleine propriété des actifs d’Alibaba, ces sociétés restant aux mains de Jack Ma et de son associé Simon Xie.

Parmi les facteurs de risque listés dans les documents d’introduction d’Alibaba figure donc le fait que ces arrangements d’odre contractuel entre la société cotée Alibaba Group Holding Limited et les entreprises qui possèdent les actifs d’Alibaba jugés stratégiques par les autorités chinoises «peuvent ne pas offrir le même degré de contrôle» qu’un véritable droit de propriété. Mais «si vous voulez investir dans certains secteurs de l’économie chinoise d’accès restreint, vous devez vous faire à cette structure», résume Paul Gillis, enseignant à Peking University’s Guanghua School of Management cité par l’Associated Press. Du reste, une partie des activités d’Alibaba ne sont pas frappées de cette restriction aux investissements étrangers, et sont donc logées dans des entités directement détenues par la holding.

Source: lefigaro.fr

Agence de presse GOLFENEWS
Casier numéro 83 (Maison de la presse)
42, rue Atimé, Tokoin-Gbadago, Lomé - Togo.
Tél.: 0022893643812, 004915217480731
Email: redaction@golfenews.info
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook Twitter Youtube
© 2013 - 2022   Golfenews - Tous droits réservés.
Powered by eZONE