×
Accueil Afrique Agriculture Ailleurs sur le web Amerique Asie Chronique Coronavirus Dernieres dépêches Diaspora Diplomatie Education Élection présidentielle de 2020 au Togo En kiosque Environnment Europe Evènement Golfenews auf Deutsch Golfenews in English Humour / Histoires drôles InnovAfrica 2014 Justice LE COIN DES ANGLOPHILES Médias Music-clip vidéo Musique Poème Portrait Présidentielle 2015 au Togo Reportage vidéo Santé Transport
 

 

Buton haut de page
Météo
Lundi 26 Juillet 2021   -   00 : 19 à Lomé
Facebook Twitter Instagram Linkedin Youtube
A propos   |   Contacts   |   Blogs
Pour la Liberté et le Pluralisme
DANS L'ACTU :
Amavi Kudzu défend la cause des drépanocytaires
29 mai 2015   -   Par Kouamivi Sossou
Amavi Kudzu

Une rencontre au CHU Campus, le mercredi 27 mai 2015, dans l’après-midi,  permet de découvrir un peu Amenuveve Esiawonam Amavi Kudzu. Dévouée pour la cause humanitaire,  elle était au Laboratoire du CHU Campus de Lomé perdue dans les dossiers de santé.  L’entretien à bâton rompue confirme ses qualités et son altruisme. Le quotidien  de  la Togolaise, Amavi Kudzu est : ‘’faire de l’humanitaire et me dévouer pour la cause des drépanocytaires’’. Lire plutôt l’interview.

 

Golfenews : Qui est  Amenuveve Esiawonam Amavi Kudzu ?

Amenuveve Esiawonam Amavi Kudzu : Je me nomme Amenuveve Esiawonam Amavi KUDZU, mes amis m’appellent Grâce. Je suis togolaise, gestionnaire des ressources humaines, bénévole dans les deux CHU de Lomé et je milite pour le bien-être des drépanocytaires au Togo.

Parlez- nous un peu de vos études primaires et universitaires 

Mes études ont été toutes faites au Togo. J’ai obtenu le Baccalauréat Deuxième partie série G3 au Lycée d’Enseignement Technique et Professionnel de Lomé (LETP-L). Ensuite j’ai été à l’Université de Lomé où j’ai obtenu une maîtrise en anglais option Littérature Américaine. Après  j’ai complété mes études par un master en gestion des ressources humaines.

Quels sont les secrets de votre réussite scolaire ?

Les secrets  de ma réussite scolaire sont : ma foi en Dieu, mon courage, ma pugnacité et le soutien de ma famille. Je dirai que c’est aussi ce qui m’aide à me réaliser dans tous les domaines de ma vie. Etant drépanocytaire, j’ai eu à faire face à plusieurs complications dues à ma maladie, et qui auraient bien pu m’empêcher de finir mon cursus scolaire ou même me donner envie  de tout abandonner,  mais par la grâce du Seigneur Jésus, avec l’aide de ma famille et ma détermination à ne rien lâcher j’ai pu me relever à chaque fois et aller de l’avant.

Vos passions ?

En ce qui concerne mes passions, beaucoup de choses me passionnent mais comme je pense toujours en terme de priorité je dirai : faire de l’humanitaire et me dévouer pour la cause des drépanocytaires. En plus terre à terre, je dirai que je voudrais beaucoup partir pour de longues promenades mais je ne trouve jamais le temps. Cependant je  lis beaucoup, j’aime regarder la télévision et j’adore les glaces « Magnum ».

Vous êtes sélectionnée pour YALI 2015. Parlez-nous  un peu de votre participation, cela a été facile pour vous ?

Si je dois parler de ma sélection en tant que Mandela Washington Fellow 2015, je dois parler d’un de mes amis qui m’a conseillé d’y postuler. Permettez-moi de le remercier ici,  je ne vais pas le citer mais je suis sûre qu’il s’y reconnaitra en lisant cet entretien. Maintenant,  revenons au programme YALI.  Cela a été d’abord fait en ligne sur le site de YALI. Je ne dirai pas que c’était compliqué,  mais il y avait beaucoup de pages à remplir, de shorts ‘’essays’’ (dissertation)  à faire en parlant de soi et ce que l’on a accompli en tant que jeune leader africain pour le développement de nos pays respectifs et par là, de notre continent en rapport avec le domaine dans lequel l’on voudrait être formé (Business and Entrepreneurship, Public Management ou Civic Leadership) le tout était en  anglais.

Ensuite l’équipe de Washington étudie chaque candidature et procède à la présélection. Après,  c’est l’étape des interviews dans les différentes ambassades des Etats-Unis. Pour ma part,  je dirai que c’est l’attente des résultats qui a été un peu angoissante. A l’annonce j’étais toute excitée d’ailleurs, je le suis encore un peu en ce moment.

Un mot à l’endroit de la gente féminine 

Mon mot à l’endroit de la gente féminine ira tout d’abord à toutes les jeunes filles qui réunissent les critères de YALI, de postuler massivement l’année prochaine pour que notre pays le Togo ait, non seulement plus de représentants,  mais aussi,  plus de représentants féminins car cette année nous ne sommes que deux.

Ensuite, je voudrais m’adresser aux femmes en général, mes sœurs, mes mamans en leur disant d’avoir toujours confiance en elles, de ne rien attendre de personne avant d’entreprendre ce qu’elles voudront entreprendre. Même si cela ne marchait pas au premier coup à force de courage et d’abnégation cela finira par fonctionner. Je sais que les Togolaises de nature sont de vraies battantes qui arrivent à transformer quelque chose d’insignifiant en une œuvre merveilleuse.  Donc,  je leur fait confiance pour travailler chacune à son niveau afin qu’ensemble nous puissions donner la place qu’il convient à la femme dans la société togolaise. Je vous remercie.

Merci grâce

Je voudrais vous remercier Donald pour l’intérêt que vous portez à ce que je fais et de me donner l’opportunité de me faire connaitre à vos lecteurs.

 

 

 

Agence de presse GOLFENEWS
Casier numéro 83 (Maison de la presse)
42, Rue Atimé, Tokoin-Gbadago.
24BP77, Lomé - Togo.
Tél.: 0022893643812, 004915217480731
Email: redaction@golfenews.info
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook Twitter Youtube
© 2013 - 2021   Golfenews - Tous droits réservés.
Powered by eZONE