×
Accueil Afrique Agriculture Ailleurs sur le web Amerique Asie Chronique Coronavirus Dernieres dépêches Diaspora Diplomatie Education Élection présidentielle de 2020 au Togo En kiosque Environnment Europe Evènement Golfenews auf Deutsch Golfenews in English Humour / Histoires drôles InnovAfrica 2014 Justice LE COIN DES ANGLOPHILES Médias Music-clip vidéo Musique Poème Portrait Présidentielle 2015 au Togo Reportage vidéo Santé Transport
 

 

Buton haut de page
Météo
Dimanche 02 Octobre 2022   -   21 : 38 à Lomé
Facebook Twitter Instagram Linkedin Youtube
A propos   |   Contacts   |   Blogs
Pour la Liberté et le Pluralisme
DANS L'ACTU :
COP21: quel bilan pour l’Afrique?
13 décembre 2015   -   Par Kouamivi Sossou

Un accord sans précédent pour lutter contre le réchauffement, dont l’ampleur menace la planète de catastrophes climatiques, a été adopté le samedi 12 décembre 2015 à Paris par 195 pays après plusieurs années de négociations extrêmement ardues. Parmi les signataires, les pays africains. Venus avec plusieurs revendications, les dirigeants du continent saluent les décisions qui leur sont annexées.

Quelles sont-elles ?

Elles étaient claires. Le continent a souhaité que leur vulnérabilité au changement climatique soit pleinement prise en compte. Et même si l’Afrique n’est mentionnée qu’une seule fois dans les textes adoptés, sa voix a été largement entendue. Mais le chemin reste encore long.
« Comme président de la COP21, je conduirai des consultations spécifiques sur ce point afin d’y apporter des solutions dans la perspective de la COP22 », a déclaré Laurent Fabius, leur proposant d’engager un travail commun dans les mois à venir.
La première revendication prise en compte est la limitation considérable de la hausse de la température globale. L’accord de Paris mentionne l’objectif d’une limitation « nettement en-dessous » de deux degrés Celsius, en poursuivant l’action menée pour limiter cette élévation à 1,5 degré.
La seconde revendication porte sur le financement de l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre venant des pays du Sud. Les textes demandent fermement aux pays développés d’amplifier leur aide financière, afin d’atteindre l’objectif de 100 milliards de dollars de financements par an d’ici à 2020.
Cependant certains délégués soulignent l’ampleur des chantiers qui restent à accomplir pour affiner et approfondir l’accord de Paris. Deux interrogations ont déjà émanée des rangs africains : l’une concernant le financement, l’autre impute la façon de faire respecter l’objectif de limitation de la hausse de température.

(Source AFP)

Ayao Délali AGBOTAME

Agence de presse GOLFENEWS
Casier numéro 83 (Maison de la presse)
42, rue Atimé, Tokoin-Gbadago, Lomé - Togo.
Tél.: 0022893643812, 004915217480731
Email: redaction@golfenews.info
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook Twitter Youtube
© 2013 - 2022   Golfenews - Tous droits réservés.
Powered by eZONE