×
Accueil Afrique Agriculture Ailleurs sur le web Amerique Asie Chronique Coronavirus Dernieres dépêches Diaspora Diplomatie Education Élection présidentielle de 2020 au Togo En kiosque Environnment Europe Evènement Golfenews auf Deutsch Golfenews in English Humour / Histoires drôles InnovAfrica 2014 Justice LE COIN DES ANGLOPHILES Médias Music-clip vidéo Musique Poème Portrait Présidentielle 2015 au Togo Reportage vidéo Santé Transport
 

 

Buton haut de page
Météo
Vendredi 19 Juillet 2024   -   06 : 56 à Lomé
Facebook Twitter Instagram Linkedin Youtube
A propos   |   Contacts   |   Blogs
Pour la Liberté et le Pluralisme
DANS L'ACTU :
Crise politique au Togo: la réaction de la France
26 octobre 2017   -   Par Kouamivi Sossou

La France a appelé aujourd’hui l’opposition et le gouvernement togolais à « un dialogue immédiat » pour aboutir à des réformes politiques, et a demandé à Lomé de respecter le droit de manifester.

« La France reste attentive à l’évolution de la situation au Togo. Nous sommes préoccupés par les rapports sur la présence d’hommes en civil aux côtés des forces de l’ordre, pouvant s’apparenter à des milices », a déclaré la porte-parole du Quai d’Orsay Agnès Romatet-Espagne.

Le Togo est plongé depuis deux mois dans une grave crise politique, l’opposition réclamant le départ du président Faure Gnassingbé, dont la famille dirige le Togo depuis un demi-siècle et qui est lui-même au pouvoir depuis 2005 Seize personnes, dont des adolescents et deux militaires lynchés par la foule, ont été tuées en à peine deux mois, selon un bilan établi par l’AFP.

« Nous souhaitons que le gouvernement togolais respecte le droit de manifester. Les manifestations doivent s’exprimer de façon pacifique », a indiqué Mme Romatet-Espagne.

« La France appelle à l’ouverture d’un dialogue immédiat qui doit mener aux réformes politiques attendues, en particulier la révision de la constitution prévoyant la limitation à deux mandats présidentiels et l’instauration d’un scrutin présidentiel à deux tours », a-t-elle souligné.

L’actuelle constitution togolaise ne limite pas le nombre de mandats et le mode de scrutin.

Face à une importante contestation sociale, le gouvernement a établi un projet de modification constitutionnelle, qu’il a promis de soumettre au peuple par voie de référendum, mais l’opposition le rejette, car la limitation du mandat n’est pas rétroactive et permet à Faure Gnassingbe, élu en 2005, de se représenter en 2020, puis en 2025.

Les violences politiques ont fait 16 morts depuis le 19 août 2017.

Source: lefigaro.fr et Golfenews

Agence de presse GOLFENEWS
Casier numéro 83 (Maison de la presse)
42, rue Atimé, Tokoin-Gbadago, Lomé - Togo.
Tél.: 0022893643812, 004915217480731
Email: redaction@golfenews.info
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook Twitter Youtube
© 2013 - 2024   Golfenews - Tous droits réservés.
Powered by eZONE