×
Accueil Afrique Agriculture Ailleurs sur le web Amerique Asie Chronique Coronavirus Dernieres dépêches Diaspora Diplomatie Education Élection présidentielle de 2020 au Togo En kiosque Environnment Europe Evènement Golfenews auf Deutsch Golfenews in English Humour / Histoires drôles InnovAfrica 2014 Justice LE COIN DES ANGLOPHILES Médias Music-clip vidéo Musique Poème Portrait Présidentielle 2015 au Togo Reportage vidéo Santé Transport
 

 

Buton haut de page
Météo
Samedi 03 Décembre 2022   -   18 : 43 à Lomé
Facebook Twitter Instagram Linkedin Youtube
A propos   |   Contacts   |   Blogs
Pour la Liberté et le Pluralisme
DANS L'ACTU :
L’ARMEE NIGERIANE AFFIRME SAVOIR Où SONT LES LYCEENNES ENLEVEES
27 mai 2014   -   Par Kouamivi Sossou

Toute la communauté internationale se mobilise pour retrouver les filles nigérianes enlevées depuis le 14 avril 2014. Au Togo, plusieurs organisations de la société civile ont également battu le pavé pour la libération sans condition des filles. Y-a–til un espoir pour ces jeunes filles ? Le site de rfi donne un espoir. Bonne lecture.

nig

Peut-être un espoir pour les lycéennes enlevées le 14 avril dernier par Boko Haram à Chibok, dans le nord-est du Nigéria, et leurs familles : le chef d’état-major de l’armée de l’air, Alex Badeh, a déclaré, lundi 26 mai, que l’armée nigériane sait où se trouvent les jeunes filles, sans préciser l’endroit.

 « La bonne nouvelle pour les parents des filles est que nous savons où elles sont, mais nous ne pouvons pas vous le dire », a déclaré Alex Badeh qui estime que ces informations relèvent du secret militaire. Mais là où elles sont détenues, pouvons-nous y aller par la force ? Nous ne pouvons tuer nos filles en essayant de les récupérer ». Si elle sait où se trouvent les lycéennes enlevées mi-avril par le groupe terroriste Boko Haram, l’armée nigériane exclut donc d’utiliser la force pour les sauver.

Des officiels du département d'Etat américain, il y a dix jours, avaient mis en garde contre une libération par les armes, trop risquée pour la vie des jeunes filles. Washington, qui a dépêché une équipe d'experts civils et militaires au Nigeria, cite en exemple à ne pas suivre, l'intervention de l'armée algérienne sur le site gazier d'In Amenas en janvier 2013. Elle s'était soldée par la mort de quarante otages.

Sept semaines après le rapt des 276 jeunes filles dans un établissement scolaire du
village de Chibok, 223 sont toujours captives. L’enlèvement avait provoqué une vive émotion et une mobilisation internationale pour les retrouver. Cette déclaration de l’armée nigériane est la première à susciter de l’espoir.

Source : rfi.fr

Agence de presse GOLFENEWS
Casier numéro 83 (Maison de la presse)
42, rue Atimé, Tokoin-Gbadago, Lomé - Togo.
Tél.: 0022893643812, 004915217480731
Email: redaction@golfenews.info
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook Twitter Youtube
© 2013 - 2022   Golfenews - Tous droits réservés.
Powered by eZONE