×
Accueil Afrique Agriculture Ailleurs sur le web Amerique Asie Chronique Coronavirus Dernieres dépêches Diaspora Diplomatie Education Élection présidentielle de 2020 au Togo En kiosque Environnment Europe Evènement Golfenews auf Deutsch Golfenews in English Humour / Histoires drôles InnovAfrica 2014 Justice LE COIN DES ANGLOPHILES Médias Music-clip vidéo Musique Poème Portrait Présidentielle 2015 au Togo Reportage vidéo Santé Transport
 

 

Buton haut de page
Météo
Samedi 28 Mai 2022   -   03 : 37 à Lomé
Facebook Twitter Instagram Linkedin Youtube
A propos   |   Contacts   |   Blogs
Pour la Liberté et le Pluralisme
DANS L'ACTU :
Projet de société du candidat Alberto Olympio : ‘’ Donner aux Togolais un système de santé efficace et performant »
18 novembre 2014   -   Par Kouamivi Sossou

Le président du parti des togolais, Alberto Olympio a dédicacé son livre intitulé ‘’Je prends le parti des Togolais’’ ce mardi 18 novembre 2014 à Lomé. Dans son livre, l’auteur a présenté son projet de société dans le cadre de l’élection présidentielle de 2015. Par exemple, il veut donner aux Togolais un système de santé efficace et performant. Lire le résume du livre.

Le Projet du Parti des Togolais (1 Août 2014)

Attentifs aux inquiétudes et aux espoirs des togolais, nous avons pour priorité que chacune et chacun trouve sa voie de réussite dans notre société et qu’aucune région ou village ne soit délaissée. Nous œuvrons à donner à chaque Togolais l’opportunité de vivre dans un espace de liberté et de respect des droits de l’homme qui permette à chacun de s’épanouir et de prospérer selon ses capacités et ses aspirations, dans un environnement où l’égalité des chances est une réalité.
Nous voulons sortir le Togo de la trappe à pauvreté, sachant que dans certaines régions jusqu’à 96% de la population vivent en dessous du seuil de pauvreté. Nous avons comme priorité que tous les Togolais bénéficient des fruits de la croissance. Nous ambitionnons de moderniser le pays, c’est à dire promouvoir les valeurs favorables au développement, desserrer l’étau des contraintes sociétales, structurelles, institutionnelles, sociales, économiques et physiques paralysantes, des contingences qui bloquent l’accès au développement. Moderniser le Togo c’est aussi mettre en œuvre des actions fortes qui transforment en profondeur notre pays, son mode de vie et sa gestion. Moderniser le Togo, c’est également des politiques saines et de meilleures infrastructures qui favoriseront la transformation du Togo en améliorant les conditions propices au développement du secteur privé et en stimulant l’investissement, l’esprit d’initiative et le développement des microentreprises et des PME. Dans ce contexte, la transformation signifie la diversification des sources de croissance économique et d’opportunités de manière à promouvoir un niveau de productivité plus élevé, se traduisant par une croissance économique soutenue et inclusive.
La gouvernance sous tous ses aspects – politique, administratif, judiciaire, économique et financier, sécuritaire et de défense nationale – constitue le socle du développement économique et social que nous entrevoyons pour notre pays.
Ensemble, avec toutes les togolaises et tous les togolais, sans laisser personne au bord de la route, nous allons rebâtir notre pays. Notre beau pays peut redevenir ce joyau qu’on qualifiait de «Suisse de l’Afrique». Notre projet politique, économique, social et environnemental repose sur nos valeurs fondatrices et s’articule autour de 4 axes d’engagements qui s’appuient sur 30 leviers.
Ces axes d’engagements serviront de référence pour l’élaboration des programmes des candidats du parti des Togolais aux prochaines élections électorales.

2
Axe d’engagement N°1 : Améliorer la gouvernance politique, judiciaire et administrative
Nous voulons une véritable démocratie, un État de droit, avec une justice indépendante où personne ne sera au-dessus des lois. Un Togo sans arbitraire, où la sécurité des biens et des personnes soit assurée. Un État de droit, égalitaire, en termes de rang et d’opportunité. Égalitaire en termes de droit à l’éducation, d’accès aux soins, de justice et de devoirs. Un Togo où les médias auront les conditions leur permettant d’exercer leur métier en toute indépendance, en toute liberté, en contribuant à l’enracinement de la démocratie. Un Togo avec une administration moderne augmentant par là même la qualité et la réactivité du service public. Un Togo où la gouvernance sous tous ses aspects – politique, administratif, judiciaire, économique et financier, sécuritaire et de défense nationale – constitue le socle du développement économique et social et qui offre un environnement économique propice aux investissements et aux créations d’emplois.
Les six leviers ci-après traduisent cet engagement pour l’amélioration de la gouvernance politique, judiciaire et administrative du Togo:
1. Renforcer la Constitution et restructurer les Institutions
Le Parti des Togolais bâtira un Togo émergeant basé sur un État moderne à partir de nouvelles bases constitutionnelles et des Institutions fortes qui favorisent la bonne gouvernance, en redonnant espoir à la jeunesse, aux femmes et à tout le peuple Togolais.
2. Améliorer de la justice et renforcer l’Etat de droit
Nous apporterons au Togo les réformes qui garantissent à tous les citoyens, en toutes circonstances et quels que soient leurs moyens ou lieu de résidence, une justice égalitaire, indépendante, impartiale, efficace et diligente.
Cette réforme de la justice, au service des populations et du développement, assurera une meilleure régulation de l’accès aux professions juridiques ainsi qu’une indépendance accrue des magistrats dont le Conseil Supérieur de la Magistrature verra son efficacité améliorée et son activité étendue.
Cette réforme de la justice aura également pour priorité de mettre un terme à l’impunité dont bénéficient certains, notamment pour atteinte aux droits de l’homme et faits de corruption. Les instruments judiciaires doivent répondre aux attentes du peuple et se conformer aux accords internationaux.
3. Moderniser l’administration
Notre objectif est de reconstruire une administration au service du développement et des populations. Nous entendons moderniser l’administration publique et la redimensionner en fonction des missions prioritaires de souveraineté et de pilotage du développement Nous lancerons une refonte de l’administration publique qui sera modernisée pour permettre d’engager une véritable décentralisation à la fois territoriale et fonctionnelle, conduisant à la création d’agences autonomes spécialisées qui seront en charge de la réalisation d’une mission d’intérêt général.
La gestion de l’administration passera notamment par la définition d’objectifs de performance clairs, dont le contrôle régulier permettra une orientation optimale des politiques publiques.
Les TICs seront utilisées par le gouvernement et les administrations publiques pour rendre les services publics plus accessibles aux usagers Togolais, mais aussi pour améliorer leur fonctionnement interne. Pour les usagers, cela se traduira notamment par une plus grande disponibilité de l’information sur les services publics, une

3
accessibilité améliorée et doit contribuer à plus de transparence notamment entre le gouvernement et les citoyens.
Les effets d’une telle modernisation de l’administration se feront ressentir non seulement par les citoyens, mais aussi par les entreprises, nationales et internationales. Le développement d’une e-administration pourrait enfin participer au désenclavement de certaines régions du Togo.
4. Moderniser l’armée et les forces de sécurité
Sans déstructurer une institution garante de la souveraineté nationale, notre ambition est de faire évoluer l’armée et les forces de sécurité afin de les adapter aux exigences et aux défis du XXIème siècle.
En cohérence avec nos capacités financières, nous voulons donner à l’Armée et aux forces de sécurité l’organisation, les hommes, la formation et les moyens qui permettront de : • défendre le territoire national et les intérêts vitaux du Togo dans le respect du droit international et des accords internationaux, • protéger tous ceux qui vivent au Togo ainsi que leurs biens, • participer aux côtés des autres armées africaines ou des forces de l’ONU à la résolution des crises sécuritaires régionales.
5. Accélérer la décentralisation
La décentralisation sera effective pour rapprocher l’Etat de tous les citoyens. Les démembrements de l’Etat doivent être suffisamment dotés d’instruments leur permettant de mener des projets de développement au profit des populations dans une complémentarité au niveau local, régional et national.
Le lien entre ces différents niveaux sera renforcé et encouragé pour favoriser l’Unité Nationale, fondement de la démocratie et de la paix. Tous les acteurs locaux, privés et publics, nationaux et internationaux, ainsi que les organisations non gouvernementales seront mis à contribution dans des partenariats structurants.
6. Renforcer la liberté de la presse
Afin que la presse contribue de manière positive au développement économique et social du Togo nous engagerons les réformes permettant de faire de la presse togolaise une presse libre, forte, professionnelle et responsable. Une presse indépendante des chapelles politiques et de tout groupe de pression.
Nous prendrons des dispositions pour assurer la sécurité des journalistes et des professionnels des médias et créerons un environnement dans lequel les attaques, les intimidations, les harcèlements, les enlèvements, les emprisonnements arbitraires et les menaces ne peuvent être érigés en norme. Les journalistes professionnels (tout comme les journalistes citoyens), les rédacteurs en chef, les éditeurs et les intermédiaires en ligne, tous autant qu’ils sont, ne feront pas l’objet de pressions ou de manipulations politiques ou financières. Ils seront, en particulier, protégés contre toute menace pouvant mettre en danger leur sécurité personnelle et celle de leurs familles. Le journaliste engagé ne doit plus s’attendre à des procès aux relents de règlements de comptes, ni sujet aux intimidations, menaces, filatures, agressions, ni se voir privé des marchés publicitaires.
Nous ferons toujours exister des espaces où les individus puissent accéder à des informations fiables et exprimer leurs points de vue librement.

4
Axe d’engagement N°2 : Améliorer le niveau de vie des Togolais
Le Parti des Togolais dotera le Togo d’une ambition économique claire, fondée sur une accélération de la croissance inclusive et un développement de l’emploi, et notamment pour les jeunes et les femmes qui représentent un exceptionnel gisement de compétences pour le pays.
Cette ambition conduira à une élévation du niveau de vie des Togolais et au développement d’une véritable classe moyenne. Ces visées requièrent des politiques saines et de meilleures infrastructures que nous mettrons en œuvre et qui favoriseront la transformation du Togo en améliorant les conditions propices au développement du secteur privé et en stimulant l’investissement, l’esprit d’initiative et le développement des microentreprises et des PME. Notre politique de croissance inclusive devrait, à l’horizon 2025, mener à un taux de croissance annuel du PIB de 10 % et à un doublement du PIB par habitant.
Ainsi, le but premier et fondamental consiste à réaliser une croissance qui soit plus inclusive, se traduisant non seulement par l’égalité de traitement et d’opportunités, mais aussi par des réductions profondes de la pauvreté et un accroissement massif et correspondant des emplois. En permettant d’exploiter le potentiel national – et en améliorant ses chances de tirer parti du dividende démographique –, la croissance inclusive et durable induira la prospérité par un élargissement de la base économique qui transcende les obstacles liés à l’âge, au sexe et à la situation géographique.
Cet engagement, pour l’amélioration du niveau de vie des Togolais se décline en 15 mesures ci-après :
7. Développer et moderniser les Infrastructures
Pour la croissance économique du pays nous allons moderniser les infrastructures de base et densifier les réseaux de transports, notamment terrestres, ferroviaires, maritimes et aéroportuaires. Nos priorités vont consister à relier Lomé aux principaux pôles d’activité économique du Togo et de ses pays voisins par des routes revêtues (RNR) et le réseau ferroviaire renforcé et à mettre en place un véritable réseau de RNR pour connecter les chefs-lieux de régions et de départements entre eux. Faciliter le transit international en concertation avec les pays voisins et les organismes régionaux est également une priorité pour faciliter les échanges commerciaux.
Le port de Lomé, un atout majeur, doit devenir un Hub maritime.
Nous investirons dans ce domaine l’équivalent de 10 % du PIB du pays, contre les 3% présentement investis.
8. Dynamiser le secteur des TIC qui représente un fort potentiel de relais de croissance
Le secteur des TIC joue un double rôle: il est à la fois un secteur d’activité économique distinct et un élément de l’infrastructure au service d’autres activités économiques. L’amélioration des infrastructures de télécommunication, avec un haut début Internet permettront de renforcer la compétitivité des entreprises et de faire émerger une économie numérique.
En matière de développement des technologies de l’information et de la communication, l’État se doit de montrer l’exemple via une numérisation progressive de ses services. Nous prendrons les dispositions pour que les TIC soit utilisées par notre gouvernement et les administrations publiques pour rendre les services publics plus accessibles aux usagers togolais, mais aussi pour améliorer leur fonctionnement interne. Une e- administration doit conduire à une dématérialisation de certaines procédures avec par exemple l’utilisation de formulaires à remplir et à valider en ligne et la création d’espaces personnels pour les usagers.

5
9. Améliorer le climat des affaires
Pour le Parti des togolais, il est impératif de faire de l’environnement des affaires, pour tous les types d’entreprises – nationales, étrangères, des secteurs formel et informel –, un des avantages compétitifs du Togo dans la région, pour faciliter notamment l’attraction d’investissements directs en provenance de l’étranger et la mobilisation de l’épargne nationale pour un meilleur financement de l’économie au travers, notamment, de la création d’entreprises.
Nous engagerons un corpus de réformes pour renforcer l’attractivité du pays, développer notre industrie et notre potentiel de recherche, et pour que le Togo devienne une destination de choix pour l’accueil des investissements étrangers et nationaux. Une restructuration fiscale permettra de donner une grande impulsion aux entreprises, particulièrement les PME/PMI.
10. Faciliter l’accès à la finance
Élargir l’accès au système financier pour toucher une plus grande partie de la société tout en préservant la stabilité et la rentabilité du système bancaire, est pour nous une priorité. Ces efforts seront accompagnés par l’éducation financière des populations, notamment dans les zones rurales.
L’utilisation des nouvelles technologies comme le téléphone portable pourrait notamment être une solution afin de faciliter l’accès au système bancaire pour les populations les plus isolées.
La lutte contre la corruption se fera par l’exemple au sommet de l’Etat, et par un système de contrôle efficace basé sur la transparence et la rigueur.
11. Refaire de l’Agriculture un secteur essentiel de l’économie
Pour bâtir le Togo, le Parti des Togolais veux avant toute chose redonner à notre terre toute sa valeur nourricière. Nous le savons, l’économie togolaise repose en grande partie sur le secteur agricole. A lui seul, ce secteur mobilise deux tiers de la population active. Mais la production demeure très grandement assujettie aux aléas climatiques. Nous avons trop d’exploitations de petites tailles, très faiblement équipées et dont le système de production repose sur l’agriculture extensive. Qu’ils soient planteurs, pêcheurs ou éleveurs, nos paysans ne sont pas outillés pour la transformation de leur production, pour la conservation, ni même pour la commercialisation. Ce handicap conduit à des pertes majeures de production. C’est bien connu, le paysan togolais est travailleur, dévoué à la terre et respectueux de l’environnement. Mais le paysan est victime d’une insécurité alimentaire chronique, rythmée par les cycles saisonniers. Nous allons y mettre un terme. Définitivement !
Le Parti des Togolais ambitionne d’augmenter significativement la contribution de l’agriculture au PIB (aujourd’hui à 46%), en la modernisant sur le plan administratif et technique, pour permettre d’en accroitre les rendements et ainsi accroître son rôle moteur dans la croissance économique du Togo.
Sur le plan administratif, la mise en place d’un plan cadastral rigoureux et de titres de propriété agricole mieux attribués permettront une meilleure distribution des terres, un regroupement des exploitations parfois fragmentées, et un meilleur contrôle de leur utilisation par les paysans.
Cette modernisation administrative sera accompagnée d’une évolution technologique qui permettra au pays d’accroitre ses rendements agricoles, et par là même de devenir autosuffisant sur le plan des cultures vivrières, tout en rendant possible la transformation des récoltes directement sur le territoire national augmentant ainsi la valeur ajoutée de l’agriculture Togolaise. Cette modernisation implique une hausse des efforts de recherche et développement en agriculture dont le budget alloué est aujourd’hui de 0,07 % du PIB, un chiffre bien inférieur à l’objectif de 1 % fixé par l’Union africaine à Khartoum dès 2006.
Pour notre agriculture, nous allons relever les défis de promotion, de modernisation et d’industrialisation, pour qu’elle crée des emplois et qu’elle produise suffisamment pour nourrir toute la population togolaise.

6
Moderniser l’agriculture c’est aussi soutenir les cultures vivrières et les cultures de rente, l’élevage et la pêche dans toutes les phases de semences, de traitement, de production, de transformation, de conservation et de commercialisation.
Nous allons faire de nos paysans de grands planteurs, véritables chef d’entreprises agricoles qui vivent décemment du fruit de leur travail, et capables de s’adresser aux banques pour un accompagnement financier.
Le développement d’une industrie agro-alimentaire est pour nous une priorité.
12. Développer l’industrie et la recherche
Pour accélérer l’adaptation de notre secteur industriel aux nouvelles réalités, soutenir la création d’emplois et conquérir les nouveaux marchés en forte croissance, nous adopterons un nouveau Plan industriel. Ce plan d’action appuiera les efforts de nos entreprises dans trois domaines spécifiques : l’innovation et la commercialisation de nouveaux produits et services, de nouveaux procédés ainsi que le développement de nouveaux marchés à l’exportation.
Le développement d’une culture de l’innovation, et en particulier dans nos entreprises, est devenu un facteur déterminant de l’augmentation de la productivité et de la compétitivité. Nous allons mettre en place une politique de la science et de l’innovation et de lui donner les moyens d’aider à développer cette culture qui fait souvent cruellement défaut dans nos entreprises, en particulier dans nos PME. Nous mènerons des actions pour soutenir la recherche fondamentale, soutenir les entreprises innovantes, stimuler l’innovation, assurer le transfert des savoirs vers les entreprises, former une main-d’œuvre préparée à l’innovation, favoriser l’innovation dans l’appareil gouvernemental.
L’amélioration des infrastructures, notamment via un plan de relance aérien, ainsi que le développement de l’environnement des affaires vont permettre de faire du Togo un hub multiservices en devenant une zone privilégiée d’installation des quartiers généraux de grands groupes industriels mondiaux qui pourraient être implantés dans des zones commerciales nouvelles.
13. Renforcer le capital énergétique
Le Togo pâtit d’un des plus faibles taux de création d’énergie par habitant au monde. Le Parti des Togolais veut moderniser l’existant, densifier le réseau et diversifier les sources d’énergie avec des énergies renouvelables.
14. Renforcer l’activité minière
Nous développerons les incitations nécessaires pour que les ressources en phosphates tricalciques et carbonatés dont dispose le Togo lui permettent de devenir le 2e producteur mondial de cette ressource à brève échéance.
Bien qu’actuellement dominé par les phosphates, le Togo doit également étoffer l’offre de son secteur minier pour fournir des recettes additionnelles à l’Etat et participer ainsi au développement économique du pays.
Dans le cadre d’un développement responsable du secteur minier Togolais, il est nécessaire pour l’Etat d’assurer le respect des populations habitant les régions extractives, en respectant l’environnement. Une approche responsable permettra notamment de se prémunir contre de possibles tensions sociales dues au sentiment d’abandon de certaines populations. Nous y porterons une attention particulière.
15. Relancer le tourisme
Le Togo dispose d’un potentiel touristique considérable. Nous voulons lancer une politique du tourisme volontariste qui mettra en valeur nos sites naturels de toutes les régions. Pour développer une industrie du tourisme, l’exploitation des lacs et plan lagunaire, ainsi que les zones des plateaux et des savanes, les régions des falaises ainsi que les parcs naturels sera la base de cette relance. Les côtes Togolaises offrent une

7
merveilleuse plage de sable fin qui sera mise en valeur. Nous voulons faire du tourisme, un grand pourvoyeur des fonds de l’Etat.
16. Redynamiser le secteur des services
S’étendant de l’architecture au transport, en passant par les services de construction et d’ingénierie connexes, de distribution, d’éducation, de santé, de l’environnement, du tourisme et voyages, d’audio-messagerie téléphonique ou encore des services professionnels, informatiques, récréatifs, culturels, sportifs, ainsi que les compagnies de téléphone, les banques, les assurances, les compagnies aériennes, la restauration, et les cabinets comptables, les services dans leur ensemble constituent la composante la plus importante et la plus dynamique de l’économie.
Une priorité sera accordée au développement du commerce des services étant donné qu’Ils ont un rôle vital non seulement en tant que tels mais aussi en tant qu’intrants pour la fabrication de la plupart des produits.
17. Redonner à l’artisanat une dynamique commerciale
Nous allons engager les actions qui vont permettre de favoriser l’émergence d’un secteur artisanal bien organisé qui constitue une source majeure de productivité et d’accès aux marchés régionaux et internationaux, notamment ceux de l’Union européenne.
18. Redynamiser le commerce et consolider l’intégration régionale
Pour compléter nos actions en faveur du développement de l’offre envisagées au travers de l’amélioration du climat des affaires, du renforcement des infrastructures et du développement des secteurs de croissance, nous allons engager la refonte de sa politique commerciale et de ses instruments et procédures afin de faire du commerce un véritable levier de croissance et de développement. La nouvelle politique commerciale s’inscrira dans le cadre d’un vaste programme de réformes structurelles et de renforcement de la gouvernance, afin d’impulser le développement économique et social du pays.
Notre action dans le domaine du commerce va consister à mettre en œuvre des mesures susceptibles de contribuer notamment à accompagner le développement des autres secteurs, et tout particulièrement ceux de l’agriculture, de l’industrie et de l’artisanat, à améliorer la compétitivité du secteur productif, à rechercher des débouchés pour les produits et services togolais et à assurer la protection des droits du consommateur.
Nous allons également agir sur les principaux leviers qui aujourd’hui empêchent de tirer pleinement parti des avantages de l’intégration régionale et contribuer à l’atteinte de nos objectifs dans les domaines de la croissance, de l’emploi et de la réduction de la pauvreté. Il s’agira particulièrement de renforcer la gouvernance nationale de l’intégration régionale, consolider la paix, la sécurité et l’État de droit, améliorer les infrastructures économiques (transport, énergie, TIC, eau, etc.) et renforcer la coopération économique, commerciale, sociale et environnementale.
19. Moderniser graduellement l’économie sociale
L’économie sociale un secteur en mesure d’allier la rentabilité à l’inclusion sociale et aux systèmes démocratiques de gouvernance, en travaillant aux côtés des secteurs public et privé pour proposer des services adaptés aux besoins des populations.
Nous envisageons de prendre les mesures pour accroître la compréhension, la sensibilisation et la confiance du grand public dans le domaine de l’économie sociale qui n’est pas encore reconnu à sa juste valeur au Togo.
20. Faciliter l’émergence d’une classe moyenne
L’économie nationale sera façonnée dans ses fondements, de manière à réduire l’écart entre les personnes les plus riches et celles qui représentent une fragilité économique. Cette politique va favoriser l’émergence d’une classe moyenne capable d’absorber le choc des extrêmes. Au-delà de son rôle de stabilisateur social, la classe

8
moyenne constituera un moteur de développement de l’industrie locale, par sa capacité de consommation et son exigence d’amélioration de la qualité de vie.
21. Stimuler davantage la participation de la diaspora togolaise au développement du pays
La diaspora togolaise est en effet estimée à 2 millions de personnes (soit un Togolais sur quatre). L’apport économique et le potentiel que les Togolais résidant à l’étranger peuvent apporter à la nation ne sont plus à démontrer et sont de plus en plus reconnus.
Nous allons mettre en place une véritable politique publique d’attraction des Togolais résidant à l’étranger.
22. Améliorer la prise en compte de la dimension environnement
Nous ferons de la protection de l’environnement une priorité. Il sera pris en compte dans toutes les politiques socio-économiques en tant que composante incontournable du développement durable.
Une politique agressive sera mise en place afin d’assurer une gestion durable des ressources naturelles.
Axe d’engagement N°3 : Améliorer le bien-être des Togolais
Le Togo est riche de sa culture, de son peuple, de sa terre. Les atouts naturels sont précieux et porteurs d’une croissance certaine pour l’économie. Les réserves minières sont importantes. Le port de Lomé est l’unique port naturel en eau profonde de la sous-région, faisant du Togo une plate-forme portuaire majeure pour les opérateurs de l’Ouest africain.
Pour autant, les 6,5 millions de Togolais restent dans une grande précarité alimentaire ; 73 % vivent en dessous du seuil de pauvreté (et ce taux grimpe à 96 % en zone rurale), le taux de chômage flirte avec les 30 % et seuls 4 % de la population (pour l’essentiel les salariés des secteurs public et privé formels) bénéficient d’une protection sociale.
Nous voulons faire du Togo un pays où personne n’aura faim ou plus aucun citoyen togolais ne doit être obligé de choisir entre se nourrir et se soigner, un pays où personne ne doit mourir par manque de moyens.
Cet engagement, pour l’amélioration du bien-être des Togolais se décline en 5 mesures :
23. Susciter le meilleur en chacun par la qualité de l’Education et de la Formation professionnelle
Notre jeunesse est l’avenir de notre pays. L’instauration en 2008 de la gratuité de l’école primaire publique et la mise en place des cantines scolaires pour les enfants les plus démunis ont entraîné une augmentation. Le mouvement est encore très timide, mais c’est un bon début. Nous allons renforcer et élargir cette perspective.
Bien loin des discours officiels, le constat du système éducatif togolais actuel est consternant. De nombreux écoliers ou étudiants n’ont toujours pas à ce jour accès à une formation de qualité. C’est une responsabilité de l’Etat que d’instruire et d’éduquer sa jeunesse.
Le taux de scolarisation ne sera plus le seul critère d’évaluation de l’éducation. En plus de la dimension qualitative des formations, le taux de franchissement du niveau secondaire ainsi que le taux d’achèvement des études supérieures seront pris en considération.
Pour le secteur de l’éducation nous allons désormais œuvrer sur le front de la qualité, de l’équité et de l’équilibre de la pyramide éducative, avec notamment le développement de l’enseignement technique et supérieur, le parent pauvre du système actuel. La mise en adéquation des besoins des entreprises avec les

9
filières de formation est une nécessité que nous voulons rendre effective. Nous allons renforcer les budgets au niveau de l’enseignement de base, technique et supérieur.
En effet, l’accès à un enseignement de base de qualité est un facteur important de réduction de la pauvreté. C’est à ce titre que nous allons mieux répondre aux évolutions du marché de l’emploi et mettre le système éducatif en adéquation avec les besoins des entreprises. Des efforts particuliers seront déployés au niveau de l’enseignement technique et professionnel ainsi que de la formation qualifiante.
Nous devons engager de profondes réformes afin que les frais de scolarités et de fournitures ne soient plus un obstacle infranchissable à l’éducation de nos enfants, avenir de notre nation.
L’augmentation du nombre de diplômés de formations professionnelles et techniques est un passage obligé vers l’atténuation de la pénurie de main-d’œuvre qualifiée. En outre, notre politique, en termes de formation supérieure, visera à : • Promouvoir et déconcentrer l’offre publique de formation supérieure ; • Favoriser un enseignement supérieur plus performant et plus compétitif ouvert sur l’environnement national et international ; • Enrichir l’offre de services et rationaliser le management des ressources humaines ; Réorienter et mieux cibler les aides sociales aux étudiants.
Les étudiants doivent avoir un accès permanent et fiable à Internet, afin de pouvoir accéder aux bibliothèques numériques des grandes universités de renom. La dimension des amphithéâtres doit permettre d’accueillir les étudiants dans des conditions d’apprentissage optimales, en conformité avec les exigences de qualité. Nos universités seront dotées d’équipements performants, avec un accès à l’Internet à Haut débit entièrement gratuit sur les campus.
Le système éducatif manque cruellement d’enseignants. Nos enseignants manquent également de formation adéquate et de recyclage, de moyens pédagogiques et de considération. Notre politique d’Education va procurer au corps enseignant de bonnes conditions pour dispenser des enseignements de qualité, avec une grille de rémunération en adéquation avec leur métier. Nous allons donner à l’enseignant, à tous les niveaux, la place qui lui est due, avec un cadre qui favorise le développement personnel.
Nous aurons des classes à dimension humaine ou l’enseignant a des conditions de travail qui lui permettent de suivre individuellement chaque élève. L’établissement scolaire doit se rapprocher des zones de vie. Nous allons engager un vrai projet de développement des infrastructures en construisant des écoles et établissements modernes répondant aux besoins du Togo et conformes aux normes internationales.
A l’instar de nombreux pays émergents, le Togo peut et doit faire sa révolution numérique. Nos écoles et établissements scolaires doivent être dotés de l’outil informatique et avoir un accès rapide et fiable à Internet. Des solutions adaptées existent et sont facilement accessibles avec nos moyens.
L’école doit redevenir ce creuset où se forgent les citoyens, les professionnels de demain et les futurs bâtisseurs du Togo.
24. Donner aux Togolais un système de santé efficace et performant
Les tendances dans l’accès aux services de santé et les performances sont très préoccupantes. En effet, les indicateurs montrent que la situation ces dernières années s’est même détériorée. Par exemple, le taux d’accès aux services sanitaires a régressé de 68,7 % en 2005 à 65,8 % en 2011. Cela veut dire que les togolais ne trouvent pas auprès du système de santé les réponses adéquates à leur problème de santé. Nos hôpitaux sont dans un état de délabrement avancé. Ceci est inacceptable.
Ces données confirment que la santé des populations demeure un grand défi pour le Togo. Nous allons relever ce défi. Les difficultés qui affectent notre système de santé et de services sociaux sont complexes. Elles

10
résultent de la combinaison d’un ensemble de phénomènes qui ont agi sur plusieurs années, tels le sous- financement, l’augmentation du prix des médicaments, l’évolution des technologies médicales, l’érosion des effectifs médicaux et infirmiers, la centralisation du pouvoir de décision, etc. Cette situation désastreuse commande une nouvelle conceptualisation qui touchera toutes les facettes du réseau et tous les échelons selon trois maîtres mots : recentrer, réorganiser, réinvestir.
Nous allons recentrer le système de la santé et des services sociaux sur la personne qui reçoit ces soins ou ces services et le réorganiser afin d’offrir un maximum de rendement sur chaque franc dédié à la santé. Le système de santé sera assoupli, décentralisé ; il devra s’ouvrir à la collaboration avec le secteur privé et accroître son efficacité.
Nous allons réorganiser profondément le réseau ; nous allons transformer les façons de faire, notamment en intégrant pleinement la participation des cliniques médicales privées au système public ; nous allons redéfinir le processus décisionnel, nous allons permettre aux employés et aux professionnels de se réapproprier leur milieu de travail, nous allons aplanir les structures, défaire les silos, abattre des murs, réintroduire la souplesse et la créativité. Puis nous allons réinvestir. Nous allons combattre l’attente sous toutes ses formes. Nous allons répondre aux besoins de tous les Togolais, à toute heure du jour ou de la nuit, dans toutes les régions du pays. Ce sera notre mission. Ce sera notre challenge.
Conscients de l’ampleur du défi, nous envisageons des dispositions pour que la part du budget de la santé soit augmentée de façon significative.
Plus personne ne devrait plus marcher plusieurs kilomètres avant de trouver un premier centre de soins.
25. Améliorer la Protection sociale
Le parti des Togolais mettra en place une politique volontariste pour couvrir les besoins en matière d’emploi, d’éducation, de santé, de logement. Nous voulons notamment :
• Mettre en place les conditions et instruments d’incitation à l’a création d’emplois • Rompre avec la Trappe à pauvreté • Réajuster le système éducatif et le mettre en adéquation avec les besoins des entreprises • Recadrer et rationnaliser la formation des jeunes déscolarisés • Rendre effective l’obligation de l’école jusqu’à 16 ans • Reconstruire toutes les composantes de la chaine Santé • Garantir l’accès aux soins à tous • Garantir l’État Civil à tous • Optimiser la mise en œuvre du planning familial • Bâtir une cité moderne par une politique de la ville volontariste • Procurer à tous des logements décents et accessibles • Promouvoir une participation effective des femmes et des jeunes au Développement National • Recentrer les media dans leur rôle • Renforcer l’indépendance et la liberté des media
Nous encouragerons la mise en place d’une politique volontariste de maîtrise de la démographie par l’élaboration d’une stratégie agressive en partenariat avec les acteurs du développement socio-économique, en particulier avec le support des confessions religieuses, de la société civile et des ONG. Le but ultime est d’imprimer une courbe descendante durable au taux de croissance démographique. Un accent particulier sera mis sur l’information et l’éducation sur le planning familial et la santé de la reproduction. Il s’agira également de lever les obstacles sur les croyances et les tabous. L’éducation des jeunes (filles et garçons) fera l’objet d’une attention toute particulière pour ce qui concerne les maladies sexuellement transmissibles, la prévention contre le VIH/sida, les grossesses précoces, etc.
26. Encourager le développement de parcs de logements sociaux et privé

11
Il est temps de favoriser l’accès au logement décent à tous, dans toutes les régions. Le déficit de logement sera comblé grâce à une politique de financement appropriée et accessible qui s’appuiera sur des instruments financiers novateurs.
Nous favoriserons la mise en place d’infrastructures de collecte et de traitement amélioré des déchets liquides, solides ou gazeux pour l’amélioration du cadre de vie des populations.
La lutte contre la prolifération des bidonvilles sera une priorité. Nous mettrons également en place un plan d’urbanisme pour la capitale, qui permettra de penser l’avenir de la ville pour trente ans, afin d’y mettre en place les réseaux de voirie urbaine, conformes aux exigences de la protection de l’environnement.
27. Promotion du genre
Redonner à la femme son rôle entier au sein de la société, sur les plans politique, économique et social. Le rôle moteur que la femme a toujours joué dans la communauté doit être revalorisé et modernisé. Dans la haute administration et dans les sociétés, la femme doit bénéficier de la place due à son potentiel.
Axe d’engagement N°4 : Renforcer l’environnement culturel des Togolais
La culture est le visage et l’âme du pays, car elle reflète la pensée et la façon d’agir des êtres qui l’habitent. Elle est, dans son sens le plus large, l’ensemble des connaissances, des expériences, des croyances, des valeurs, des coutumes, des traditions et des institutions distinctives d’une communauté. Le Togo est riche de la diversité de sa culture, de son peuple, de sa terre.
Une politique gouvernementale qui favorise le développement des arts et dont le but premier
Nous voulons un Togo moderne, résolument tourné vers l’avenir, où les jeunes auront toute leur place, avec un accès aux loisirs, à la culture et aux transports. Un statut particulier sera instauré pour les artistes et les hommes de culture. La jeunesse est l’avenir de la nation. Elle est un exceptionnel gisement de compétences pour le pays. Investir dans la jeunesse, c’est investir dans l’avenir de toute la nation. Fils de ministre ou de paysan, tous les écoliers auront accès aux bourses d’études, sur la base du mérite. L’éducation sera un droit constitutionnel. Nous voulons un Togo où les jeunes n’auront pas besoin de quitter leur pays pour faire des études à l’étranger, parce que les grandes écoles seront là.
4 mesures constituent la déclinaison de cet engagement pour renforcer l’environnement culturel des Togolais :
28. Développer la culture et les arts
Tout en gardant son caractère ludique et de distraction, nous allons faire de la culture un véritable secteur de l’économie nationale. La richesse culturelle du Togo sera davantage mise en valeur et sa dimension commerciale bénéficiera d’une attention particulière. Tous les domaines culturels seront concernés.
Notre politique culturelle sera la manifestation de notre volonté d’adopter et de déployer un ensemble cohérent de principes, d’objectifs et de moyens visant la protection et l’épanouissement de l’expression culturelle de notre pays.
Le Togo dispose d’une immense richesse culturelle. Nous allons appuyer la démarche artistique, à assurer aux créateurs des conditions favorables à la pratique de leur art et à favoriser l’accès du grand public à leurs

12
œuvres. Nous avons l’ambition de valoriser le patrimoine immatériel du Togo, qu’il faut protéger et enrichir pour en faire un instrument de promotion de l’image du pays. Des espaces de culture dédiés aux jeunes seront créés dans toutes les régions afin de permettre l’expression plurielle de l’art. Les lieux de conservation et de mémoire seront redynamisés et étendus.
29. Doter le Togo d’un environnement dynamique et à la pointe au sport
Nous voulons faire du sport un canal de libération des talents, en redynamisant les disciplines délaissées et en redonnant aux fédérations, particulièrement les plus emblématiques telle que la Fédération Togolaise de Football, les moyens de leur développement en accordant une attention toute particulière à leur bonne gouvernance.
Nous envisageons de doter le Togo d’un environnement dynamique et à la pointe le sport, ce qui permettrait à tous les Togolais d’expérimenter et de s’impliquer dans des activités sportives afin d’étendre leurs capacités et intérêts et de concourir en plus grand nombre sur la scène internationale.
30. Donner le maximum de chances de réussite à la jeunesse
Les moins de 15 ans représentent 42 % et les moins de 25 ans 60 % de la population totale. Cette structure de la population souligne l’importance d’une politique de la jeunesse adéquate.
Nous allons préparer une nouvelle politique entièrement consacrée à la jeunesse, dans laquelle les jeunes retrouveront leurs souhaits, leurs préoccupations et leur propre vision des choses. Cette politique comprendra un ensemble d’initiatives ayant comme objectif d’amener les jeunes à contribuer encore plus à la construction du Togo de demain. Nous entendons appuyer et accompagner les jeunes dans chaque étape de leur parcours vers l’âge adulte.
Nous envisageons de mettre en place une politique d’encadrement de la jeunesse articulée sur l’éducation civique, l’esprit d’entreprise, l’initiation à la vie professionnelle, l’apprentissage des métiers à travers la promotion de centres prévus à cet effet et par la redynamisation des filières de formation technique, professionnelle et sportive. La politique sera appuyée par des mécanismes de financement appropriés pour accompagner les initiatives locales d’auto développement.
Partageant le même dessein pour le Togo, nous voulons réhabiliter la politique togolaise avec des principes simples : efficacité, pragmatisme, ouverture, dialogue. Nous plaçons notre engagement sous le signe du Travail pour préparer l’avenir, de la Liberté pour garantir l’épanouissement des talents et de la Patrie pour protéger chacun et renforcer la justice.
À partir de la charte que nous proposons aux Togolais, nous voulons construire ensemble une société créative et solidaire, une République dont les Togolais soient fiers, une démocratie exigeante et juste, un Togo qui renoue avec l’espérance, un Togo en mouvement.

Agence de presse GOLFENEWS
Casier numéro 83 (Maison de la presse)
42, rue Atimé, Tokoin-Gbadago, Lomé - Togo.
Tél.: 0022893643812, 004915217480731
Email: redaction@golfenews.info
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook Twitter Youtube
© 2013 - 2022   Golfenews - Tous droits réservés.
Powered by eZONE