×
Accueil Afrique Agriculture Ailleurs sur le web Amerique Asie Chronique Coronavirus Dernieres dépêches Diaspora Diplomatie Education Élection présidentielle de 2020 au Togo En kiosque Environnment Europe Evènement Golfenews auf Deutsch Golfenews in English Humour / Histoires drôles InnovAfrica 2014 Justice LE COIN DES ANGLOPHILES Médias Music-clip vidéo Musique Poème Portrait Présidentielle 2015 au Togo Reportage vidéo Santé Transport
 

 

Buton haut de page
Météo
Lundi 27 Juin 2022   -   06 : 25 à Lomé
Facebook Twitter Instagram Linkedin Youtube
A propos   |   Contacts   |   Blogs
Pour la Liberté et le Pluralisme
DANS L'ACTU :
Suisse : moins de permis de travail pour les strip-teaseuses
22 octobre 2014   -   Par Kouamivi Sossou

Pour combattre les filières de traite d'êtres humains, le gouvernement suisse a décidé de limiter l'émission de permis de travail aux seules "danseuses de cabaret" originaires de l'Union européenne. 
La Suisse a décidé de supprimer à partir de 2016 le permis de travail "L" réservé aux strip-teaseuses venues de "pays tiers", tels que la Russie, la République dominicaine ou la Thaïlande, qui leur permettait de gagner leur vie huit mois par an dans les cabarets helvètes. 

Créé en 1995 pour protéger les danseuses contre l'exploitation, ce permis ne remplit plus sa fonction et favorise au contraire la traite d'être humains, a indiqué la ministre en charge du dossier, Simonetta Sommaruga. "Les femmes sont obligées de consommer de l'alcool, de se prostituer, et il est très difficile d'en apporter les preuves", a-t-elle déclaré en présentant à la presse cette décision, qui entrera en vigueur en 2016. 

Permis uniquement pour celles de l'UE

A partir de cette date, seules les danseuses de cabaret originaires de l'Union européenne pourront venir travailler en Suisse. Pour les autres, celles qui viennent d'un pays considéré comme "tiers", il ne sera plus possible de travailler en Suisse comme danseuse de cabaret puisqu'elles n'obtiendront aucun permis de travail. 

En 2013, la Suisse a délivré 844 permis L à ces danseuses, leur permettant de travailler huit mois pan an dans des cabarets et, dans beaucoup de cas, d'envoyer de l'argent à leur famille restée au pays. Des enquêtes ont cependant montré que ces femmes étaient souvent obligées de payer des pots-de-vins à des intermédiaires pour obtenir le fameux permis L. 

De nombreuses organisations, comme des syndicats ou des associations de défense des droits des femmes, ont fait part de leurs craintes de voir ces danseuses basculer dans la clandestinité après la suppression du permis de travail. Le gouvernement suisse a cependant prévu d'aider les strip-teaseuses victimes d'infractions dans le cadre de leur travail. Elles pourraient solliciter une aide au retour ou un titre de séjour


Source :  http://www.lexpress.fr

Agence de presse GOLFENEWS
Casier numéro 83 (Maison de la presse)
42, rue Atimé, Tokoin-Gbadago, Lomé - Togo.
Tél.: 0022893643812, 004915217480731
Email: redaction@golfenews.info
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook Twitter Youtube
© 2013 - 2022   Golfenews - Tous droits réservés.
Powered by eZONE