×
Accueil Afrique Agriculture Ailleurs sur le web Amerique Asie Chronique Coronavirus Dernieres dépêches Diaspora Diplomatie Education Élection présidentielle de 2020 au Togo En kiosque Environnment Europe Evènement Golfenews auf Deutsch Golfenews in English Humour / Histoires drôles InnovAfrica 2014 Justice LE COIN DES ANGLOPHILES Médias Music-clip vidéo Musique Poème Portrait Présidentielle 2015 au Togo Reportage vidéo Santé Transport
 

 

Buton haut de page
Météo
Samedi 06 Mars 2021   -   08 : 20 à Lomé
Facebook Twitter Instagram Linkedin Youtube
A propos   |   Contacts   |   Blogs
Pour la Liberté et le Pluralisme
DANS L'ACTU :
Togo: une médiation pour le partage du pouvoir, selon la France
05 février 2021   -   Par Kouamivi Sossou
Sebastien Nadot (credit photo: www.bingo.com)

L´Assemblée natioale française, a rendu publique un communiqué le mardi 2 février 2021 sur la situation socio-politique au Togo. Selon ce communique, une médiation serait en cours pour le partage du pouvoir. Lire le communique:

M. Sébastien Nadot alerte M. le ministre de l’Europe et des affaires étrangères sur la situation politique au Togo. L’élection présidentielle du 22 février 2020 s’est conclue très clairement par la nette victoire de M. Agbéyomé Kodjo, ancien Premier ministre. L’élection d’Agbéyomé Kodjo a été saluée par les formations politiques et les organisations de la société civile tant le résultat du scrutin était clair.

Pourtant, contre l’évidence des résultats donnés par la compilation des procès-verbaux des bureaux de vote, la Commission électorale nationale indépendante (CENI), qui n’a d’indépendante que le nom, a proclamé en 24 heures et sans la certification des représentants des candidats, c’est-à-dire en violation du code électoral, la réélection de M. Faure Gnassingbé à plus de 70 % des suffrages. Celui-ci entame ainsi son 4ème mandat, dans un totalitarisme pire que celui de son père qui a tenu les rênes du Togo pendant 38 ans.

La famille Gnassingbé règne sur le Togo depuis plus d’un demi-siècle. Point de démocratie sans alternance : le Togo n’est pas une démocratie. Le soir même du scrutin, les domiciles de M. Agbéyomé Kodjo et de Mgr Philippe Fanoko Kpodzro, archevêque métropolitain émérite de Lomé et défenseur de la démocratie, ont été encerclés par les forces de sécurité du régime. Plusieurs fois emprisonné arbitrairement, M. Kodjo, légitimement élu par le peuple togolais, a été arrêté du 21 au 24 avril 2020 pour se voir interdire de parler de sa victoire.

Une médiation à la demande du régime sortant de M. Gnassingbé a été initiée par Mgr Nicodème Barrigah, actuel archevêque métropolitain de Lomé, pour un partage des pouvoirs. Agbéyomé Kodjo, refusant cet arrangement de gré à gré qui méprise l’expression du suffrage populaire, risque désormais pour sa vie et vit depuis dans la clandestinité.

Son épouse, Mme Alfreda Amorin-Kodjo, et sa fille, Mme Eyram Israella Kodjo, toutes les deux de nationalité française, ont également été plusieurs fois prises à partie par les forces du régime, sans bénéficier de la protection du consulat français. Il lui demande quelles sont les actions que la France compte urgemment mener afin d’assurer la sûreté de M. Kodjo et sa famille de nationalité française et d’accompagner les combats du peuple togolais pour la démocratie, dans un pays où les droits de l’Homme sont sans cesse bafoués : la presse est malmenée, les leaders politiques et les responsables syndicaux sont enlevés et jetés arbitrairement en prison ; malgré les apparences le pays connaît de fortes tensions et fonctionne au ralenti.

Agence de presse GOLFENEWS
Casier numéro 83 (Maison de la presse)
42, Rue Atimé, Tokoin-Gbadago.
24BP77, Lomé - Togo.
Tél.: 0022893643812, 004915217480731
Email: redaction@golfenews.info
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook Twitter Youtube
© 2013 - 2021   Golfenews - Tous droits réservés.
Powered by eZONE