×
Accueil Afrique Agriculture Ailleurs sur le web Amerique Asie Chronique Coronavirus Dernieres dépêches Diaspora Diplomatie Education Élection présidentielle de 2020 au Togo En kiosque Environnment Europe Evènement Golfenews auf Deutsch Golfenews in English Humour / Histoires drôles InnovAfrica 2014 Justice LE COIN DES ANGLOPHILES Médias Music-clip vidéo Musique Poème Portrait Présidentielle 2015 au Togo Reportage vidéo Santé Transport
 

 

Buton haut de page
Météo
Lundi 23 Mai 2022   -   18 : 46 à Lomé
Facebook Twitter Instagram Linkedin Youtube
A propos   |   Contacts   |   Blogs
Pour la Liberté et le Pluralisme
DANS L'ACTU :
Le rapport sur le développement humain: le Togo occupe la 166e place avec une valeur de 0,473
10 décembre 2014   -   Par Kouamivi Sossou

Le rapport  mondial 2014 sur le Développement Humain intitulé «Pérenniser le progrès humain : réduire les vulnérabilités et renforcer la résilience » a été rendu public  le mardi 9 décembre à Lomé. 

Pour la représentante résidente du Pnud au Togo, Khardita Lo N’ Diaye a déclaré que : « Le message important de ce rapport pourrait se résumé ainsi : « La prévention des chocs et la promotion des perspectives pour tous – en particulier les populations les plus exposées aux risques – peuvent permettre de réduire les vulnérabilités, renforcer la résilience de manière efficace et de ce fait, assurer une vie digne, longue et harmonieuse à tous ». Le rapport 2014 de l’indice de développement place le Togo à la 166e place avec une valeur de 0,473 en 2013.   Voici le discours de la représentante du Pnud au Togo.

 

Voici le discours:

  • Monsieur le Ministre de la Planification, du Développement et de l’Aménagement du Territoire
  • Mesdames, Messieurs les membres du Gouvernement
  • Honorables députés à l’Assemblée Nationale
  • Mesdames, Messieurs les membres du corps diplomatique et des institutions internationales
  • Chers collègues du Système des Nations Unies,
  • Honorables invités,
  • Mesdames et Messieurs,

Bienvenue à cette cérémonie de lancement du Rapport  Mondial 2014 sur le Développement Humain intitulé «Pérenniser le progrès humain : réduire les vulnérabilités et renforcer la résilience ». Je vous remercie de votre présence ici en cette matinée, malgré vos emplois du temps, que je sais, chargé en cette fin d’année.

En effet, depuis 1990, le PNUD produit chaque année un rapport mondial sur le développement humain. Ces rapports mondiaux nous donnent l’occasion chaque fois, de réfléchir sur l’une des dimensions humaines du développement et sur les moyens de mettre l’Homme au centre de toutes les préoccupations dans les domaines économique, sociale ou de gouvernance. Ainsi, par la pertinence des analyses qu’il inspire et des recommandations qu’il suscite, le concept du développement humain est devenu non seulement une référence fondamentale des débats et initiatives à l’échelle mondiale pour un monde meilleur, mais aussi le cadre national et international pour l’élaboration et la mise en œuvre des stratégies et politiques de réduction de la pauvreté et de l’épanouissement des individus.

Il est heureux de souligner que depuis 1980, des progrès ont été fait par tous les pays en matière de développement humain mais dans un contexte de plus en plus incertain à cause des chocs multiples, inévitables et imprévisibles. L’impact de ces crises à l’échelle nationale ou globale, en l’occurrence la crise financière mondiale survenue en 2008 et 2009, sur les choix des personnes et l’élargissement de leurs possibilités appelle à une réflexion sur la durabilité des acquis et le maintien ou l’accélération des progrès. Cette édition du Rapport mondial sur le développement humain relative à la pérennisation du progrès humain parue à environ un an de l’échéance des Objectifs du Millénaire pour le Développement et au moment où le nouvel agenda du développement est en formulation, vient à point nommé pour conforter les efforts en matière de lutte contre la pauvreté et ouvrir de nouvelles perspectives après 2015.

Le message de ce rapport pourrait se résumé ainsi : « La prévention des chocs et la promotion des perspectives pour tous – en particulier les populations les plus exposées aux risques – peuvent permettre de réduire les vulnérabilités, renforcer la résilience de manière efficace et de ce fait, assurer une vie digne, longue et harmonieuse à tous ».

 

Mesdames, Messieurs

En attendant que la présentation qui vous sera faite tout à l’heure revienne plus en détail sur le contenu de l’analyse et des recommandations très riches de ce rapport, je voudrais relever ici quelques messages clés :

 

En premier lieu, la notion de vulnérabilité humaine analysée paraît originale d’autant plus que c’est pour la première fois qu’elle est étudiée. En effet, elle évoque deux concepts, celle de vulnérabilité systémique et celle de vulnérabilité structurelle. La vulnérabilité systémique est relative aux catégories de personnes; leur âge, leur niveau de revenu et état de santé déterminent pourquoi elles sont plus exposées aux risques que d’autres. Cependant toute personne est vulnérable à un moment donné de sa vie; cette vulnérabilité est dite du cycle de vie, c'est -à -dire les moments sensibles de la vie au cours desquels les chocs ont un impact plus important. Quant à la vulnérabilité structurelle, elle est liée à la faiblesse des institutions et des politiques, tant au niveau global, national que communautaire. Il convient de signaler que ces vulnérabilités persistent et s'aggravent au fil du temps en raison des discriminations et des carences institutionnelles, et portent atteinte à des groupes vulnérables tels que les pauvres, les femmes, les migrants, les personnes handicapées, les populations autochtones et les personnes âgés.

 

En second lieu, le rapport propose un certain nombre de solutions pour juguler ces vulnérabilités, afin de renforcer la résilience des individus, des pays et des communautés. Il démontre que même les pays pauvres peuvent mettre en place des politiques d’accès universel aux services sociaux de base et de protection sociale, en réfutant ainsi l'idée selon laquelle seuls les pays riches peuvent assurer une telle prestation. Il préconise de remettre le plein emploi au centre des politiques macroéconomiques car ses retombées sociales dépassent les bénéfices privés et promeuvent  la stabilité et la cohésion.

 

Enfin, le Rapport  appelle aussi à l'action collective et coordonnée, tant au plan mondial que national pour répondre efficacement aux défis que posent toutes les différentes formes de déficit en sécurité humaine.

Monsieur le Ministre de la Planification, du Développement et de l’Aménagement du territoire

Honorables invités

 

Permettez-moi, de paraphraser ces propos de Helen Clark l’Administratrice du PNUD, que je partage entièrement : « L’élimination de la pauvreté ne se résume pas à une pauvreté zéro  mais à la pérennité de cette conquête »

 

S’il est incontestable que tous les pays ont réalisé des progrès en matière de développement humain, il est cependant nécessaire de préciser que les inégalités, la discrimination et l’exclusion persistent. Le rapport n’a pas pour objectif de vous alarmer mais de vous faire observer que les crises peuvent réduire à néant les progrès individuels ou communautaires en matière de développement humain. Par conséquent, quels que soient leurs niveaux de développement, les pays peuvent et même, doivent mettre en place des politiques d’atténuation des effets des crises et de renforcement de la résilience des sociétés.

C’est donc fort de cette conviction que le Plan stratégique 2014-2017 du Programme des Nations Unies pour le Développement a retenu « la résilience » parmi ses trois  domaines de concentration programmatiques prioritaires, en plus des deux  autres que sont «  la croissance et  le développement inclusive » et «  la gouvernance démocratique et participative ».

Je me réjouis qu’au Togo, le Gouvernement et le PNUD aient retenus le Développement Humain Durable comme un des deux programmes sur lesquels vont porter leur collaboration durant la période 2014-2018.

Mesdames, Messieurs

La Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi a pour objectif de réduire le taux de chômage et de sous-emploi, des efforts sont faits par le Gouvernement en matière d’accès aux services sociaux de base et une réflexion s’engage pour la protection sociale. La vision Togo 2030 en cours de formulation devrait viser le plein emploi et un accès universel pour tous les togolais aux services sociaux de base et à la protection sociale. Ce n’est pas une utopie mais une possibilité.

Je formule le vœu que les différents processus de formulation ou de revue des politiques de développement du Togo prennent en compte les analyses et recommandations pertinentes de ce rapport.

Je vous remercie

 

Agence de presse GOLFENEWS
Casier numéro 83 (Maison de la presse)
42, rue Atimé, Tokoin-Gbadago, Lomé - Togo.
Tél.: 0022893643812, 004915217480731
Email: redaction@golfenews.info
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook Twitter Youtube
© 2013 - 2022   Golfenews - Tous droits réservés.
Powered by eZONE