×
Accueil Afrique Agriculture Ailleurs sur le web Amerique Asie Chronique Coronavirus Dernieres dépêches Diaspora Diplomatie Education Élection présidentielle de 2020 au Togo En kiosque Environnment Europe Evènement Golfenews auf Deutsch Golfenews in English Humour / Histoires drôles InnovAfrica 2014 Justice LE COIN DES ANGLOPHILES Médias Music-clip vidéo Musique Poème Portrait Présidentielle 2015 au Togo Reportage vidéo Santé Transport
 

 

Buton haut de page
Météo
Mercredi 22 Mai 2024   -   08 : 26 à Lomé
Facebook Twitter Instagram Linkedin Youtube
A propos   |   Contacts   |   Blogs
Pour la Liberté et le Pluralisme
DANS L'ACTU :
Chronique politique: « métayers militaires modernes »
03 avril 2017   -   Par Kouamivi Sossou

Le gros lot des militaires Togolais constituant la basse armée ne sont donc que de pauvres métayers corvéables à merci au sein de cette entreprise clanique et archaïque de métayage pour servir comme de vulgaires supplétifs au profit de l’Armée française dans ses violentes campagnes de prédation impérialistes et néocoloniales en Afrique francophone.

Les Droits les plus élémentaires de cette très grande majorité que sont ces « métayers militaires modernes » demeurent systématiquement bafoués sans qu’ils n’aient le courage d’homme de les revendiquer légitimement.

Le premier problème chez ces « métayers militaires modernes » grossièrement spoliés dans leurs Droits vient du fait qu’ils ne connaissent même pas très souvent leurs Droits fondamentaux et élémentaires en tant qu’être Humain, puis en tant que citoyen, et enfin en tant que militaire.

Leur deuxième problème est lié au fait que les prétendus « Statuts » récemment élaborés et tant vantés par Faure GNASSINGBE et par ses thuriféraires alimentaires n’existent que sur le papier et non pas dans la pratique.

Leur troisième problème est la quasi-inexistence d’un Tribunal militaire sérieux et impartial qui pourrait éventuellement examiner avec objectivité leurs requêtes.

Leur quatrième problème vient de l’intense pression psychologique qu’ils subissent à travers les liens ethniques et tribaux en cas de toute velléité de revendication d’un Droit légitime.

Face à cette situation évidente de Déni des Droits légitimes les plus élémentaires au Militaire togolais de la basse armée, il est regrettable de constater que ces victimes ne font rien elles-mêmes en direction du régime mafieux et héréditaire de Faure Gnassingbé qui bafoue allègrement leurs Droits tout en se vautrant dans une opulence insolente sous leur nez et à leur barbe! Plus pathétique encore est le fait que ces Militaires togolais victimes de cette spoliation esclavagiste indicible se trompent souvent d’adversaire et préfèrent déverser leur hargne sur la pauvre population civile qu’ils considèrent à tort comme leur souffre-douleur, au lieu de comprendre qu’ils subissent les mêmes affres et la même paupérisation cynique que cette pauvre population pacifique!

S’il est vrai de Faure Gnassingbé reste le premier parrain et bénéficiaire de cette épicerie militaire archaïque de métayage, il ne demeure pas lui-même moins esclave et otage de ceux-là même qui constituent les piliers incontournables de cette machinerie politico-militaire mortifère et autodestructrice : Faure Gnassingbé en vrai otage du système démoniaque est incapable de prendre de façon autonome des décisions et des sanctions importantes à l’encontre de certains Officiers « intouchables » et hautement boulimiques au sein du sérail très restreint du système de prédation nationale sans craindre de faire effondrer toute l’entreprise mafieuse ou sans craindre d’être violemment évincé par un Coup d’État militaire ! Faure Gnassingbé en vrai otage du système démoniaque est incapable de se soustraire des directives et des injonctions venant de ses parrains mafieux français sans craindre de faire effondrer toute l’entreprise mafieuse ou sans craindre d’être violemment évincé par un Coup d’État militaire.

Si l’on ajoute à ces deux pesanteurs internes de ce système militaro-clanique et mercantiliste les pressions intenses venant des milieux d’affaires civils togolais et étrangers qui soutiennent le régime moribond de Faure Gnassingbé en échange d’une couverture pour leurs activités mafieuses, on peut aisément comprendre à quel point le Haut Commandement militaire togolais constitue un milieu socio-professionnel ténébreux où des groupes d’intérêts aussi malsains que nuisibles s’entrechoquent violemment pour avoir chacun sa part du gâteau au grand détriment de l’Intérêt National!

Le pauvre Militaire togolais employé dans une telle épicerie archaïque et clanique ne peut que rêver de bonnes conditions de travail et de vie aussi bien pour lui-même que pour sa petite famille.

Il ne peut qu’envier le Militaire ghanéen voisin dont l’Institution Militaire très respectable aussi bien par la Population ghanéenne que par les Nations étrangères jouit d’une autonomie de production et d’une bonne gestion qui sont hautement enviables:

Les Forces Armées Ghanéennes composées de 7200 hommes seulement disposent de leur propre Banque dont les Actionnaires et les Employés sont le Personnel Militaire à 70% ! Elles disposent de leurs propres plantations de production agricole et de leur propre réseau de distribution de produits alimentaires qui n’a rien à voir avec le truc archaïque, clientéliste et corrompu dénommé GAFAT (Groupement d’Achat des Forces Armées Togolaises).Elles ont leurs propres Laboratoires de Recherches et leur propre Société de Fabrication et d’Assemblage du Matériel militaire dénommée « Defence Industry Holding Company » pour la production ou l’assemblage des Armes, des Munitions, des Véhicules, des Accessoires militaires, de l’Habillement etc.)Elles mettent des logements décents et économiquement supportables à la disposition du Personnel militaire. Elles disposent à Accra de leur propre Centre Hospitalier Universitaire Militaire de 500 lits dont le Personnel est à la fois civil et militaire. Ce Centre Hospitalier qui n’a rien à voir avec la crasseuse cabane moyenâgeuse togolaise dénommée « pavillon militaire » dans un petit coin perdu au CHU totalement délabré de Tokoin qui soigne les Patients aussi bien militaires que civils et contribue activement à la Recherche scientifique dans le domaine médical.

Les Forces Armées Ghanéennes ont pu accomplir toutes ses réalisations parce que le pays est doté d’une Politique de Défense et de Sécurité clairement définie et scrupuleusement implémentée, et parce que cette Politique de Défense et de Sécurité est observée aussi bien par les gouvernements successifs que par tout Militaire ghanéen ordinaire qui connaît très bien ses Devoirs tout comme ses Droits légitimes et peut vaillamment les revendiquer en cas de besoin.

La voie appropriée pour le Personnel militaire de la basse armée togolaise foncièrement spoliée dans ses Droits les plus élémentaires et les plus fondamentaux est de s’organiser aussi en tant que groupes de citoyens mécontents aux côtés des autres groupes de citoyens civils mécontents pour:

exiger et obtenir une rapide amélioration de leurs conditions de vie et de travail (en matière de logement décent, de salaire convenable, d’accès aux soins médicaux, de formation professionnelle pour la réinsertion dans la vie civile, etc.) exiger et obtenir la définition d’une véritable Politique nationale de Défense et de Sécurité axée sur une Doctrine militaire cohérente propre à la Nation Togolaise et allant naturellement au-delà du maquillage cosmétique incongru pompeusement dénommé « Statuts » des Forces Armées Togolaises.

Un groupe de mécontents n’a rien à voir avec la horde actuelle d’opportunistes politiciens alimentaires qui battent chaotiquement le pavé depuis 2010 comme des enfants de coeur vers la plage de Lomé ou vers les bidonvilles d’ «Akassimé» ou d’Agoè-Zongo, tout en sachant que l’Auteur principal des multiples malheurs lancinants du TOGO, de la misère endémique des Populations togolaises et de la destruction inquiétante de la Nation Togolaise se trouve plutôt au Palais de la Présidence de la République en bordure de la mer et à côté de l’Université de Lomé!

Cette horde de politiciens alimentaires inutilement bruyants qui servent plutôt de béquilles au régime moribond de Faure Gnassingbé à travers leur participation négociée à des simulacres d’élections frauduleuses ne peut jamais être parmi les vrais mécontents, puisqu’ils tirent leurs avantages financiers du statu-quo chaotique et de leurs accointances malsaines avec les milieux d’affaires proches du régime de Faure Gnassingbé!

Un groupe de mécontents n’a rien à voir avec des fatalistes déboussolés qui vont faire des génuflexions stupides devant de prétendus « pasteurs » pour prier un « Jésus » mythique et hypothétique ou un prétendu « dieu d’Israël » imaginaire de venir les délivrer des griffes de Faure GNASSINGBÉ et les membres clairement identifiables de sa mafia qui pavanent à longueur de journée sous leur nez et sous leur barbe!

Un groupe de mécontents n’a rien à voir avec des cyber-activistes anonymes qui s’agitent frénétiquement dans des polémiques cybernétiques chaotiques à longueur d’années sans être capables de participer à des actions citoyennes collectives à visage découvert ou d’entreprendre des actions énergétiques et méthodiques à titre individuel après avoir pris conscience de leur situation de spoliés.

Un véritable groupe de mécontents est composé de Citoyennes et de Citoyens venus d’horizons divers et ayant clairement identifié que leurs différents et multiples Droits légitimes sont bafoués individuellement ou collectivement par un individu clairement identifiable ou par un groupe d’individus clairement identifiables dont ils doivent exiger par tous les moyens des réparations ou exiger simplement la fin immédiate de la violation de ces Droits individuels et collectifs en mettant le ou les fautifs hors d’état de nuire!

Les anciens rebelles ivoiriens ayant porté le médiocre imposteur Alassane Ouattara au pouvoir par les armes pour être déversés dans l’Armée ivoirienne ont récemment démontré comment un groupe de militaires spoliés et floués sait réclamer à leur manière leurs Droits bafoués et c’est surprenant que les Militaires togolais soient incapables de s’inspirer de cet exemple récent.

Les Militaires togolais de la Basse Armée auront gravement tort de ne pas avoir tiré la bonne leçon de cet exemple ivoirien récent pour ne plus demeurer les éternels dindons de la farce du violent régime de Faure Gnassingé et de ses médiocres thuriféraires alimentaires.

Dans le cas togolais qui préoccupe ici, il est question de mettre Faure Gnassingé et sa mafia hors d’état de nuire par tous les moyens civils et militaires afin d’arrêter l’hémorragie collective et la descente aux enfers de la Nation Togolaise.

L’expérience a prouvé sous d’autres cieux que l’on ne peut évincer un régime mafieux, prédateur et liberticide comme celui de Faure Gnassingé que de trois manières:

soit à travers une Dynamique de l’implosion lorsque les conflits d’intérêts internes entre les différents groupes composant ou soutenant le régime oppressif sont exacerbés, n’offrent plus de chance d’une conciliations entre les différentes factions et conduisent ces différentes factions à s’entre-déchirer, au grand bonheur de la population tenue à l’écart ;soit à travers une Dynamique d’assaut multilatéral venant de l’extérieur du système lorsqu’un groupe de mécontents (militaires et civils) connaissant plus ou moins bien le fonctionnement interne du régime oppressif lui donne un coup d’assaut violent et inattendu appuyé par un soutien populaire et massif et par un relais médiatique à l’échelle internationale. ousoit encore par la combinaison des deux premières Dynamiques, en ayant la sagesse nécessaire de surmonter les méfiances en vue d’intégrer intelligemment les dissidents du régime dans le groupe des mécontents.

La prise de conscience de la Basse Armée togolaise de sa condition de spoliée et sa mobilisation nécessaire en tant que groupe de mécontents peuvent non seulement déclencher une amélioration rapide des conditions de travail et de vie des Militaires de cette catégorie, mais peuvent également conduire enfin vers la définition d’une véritable Politique de Défense et de Sécurité au Togo.

De mémoire d’homme, on n’a jamais entendu parler au Togo des activités laborieuses d’une Commission de Défense et de Sécurité au sein de l’Assemblée Nationale togolaise qui serait chargée de réfléchir sérieusement sur les questions de Défense et de Sécurité, sur la mobilisation des ressources (matérielles et humaines) nécessaires à cette fin, sur le bien-fondé de telle ou telle orientation en matière militaire et sécuritaire.

De mémoire d’homme, on n’a jamais vu ou entendu au TOGO un Ministre de la Défense venir défendre devant les Députés togolais ou devant les Médias le bien-fondé de l’engagement des Militaires togolais dans telle ou telle opération extérieure au prix de la Vie de ces derniers!

De mémoire d’homme, on n’a jamais entendu parler au TOGO de l’existence d’un Conseil National de la Défense et de la Sécurité (comprenant des membres du Haut Commandement militaire, de la Commission parlementaire de Défense et de Sécurité, des Services de Renseignements militaires, des Services de Renseignements généraux, de la Gendarmerie Nationale et de la Police Nationale entre autres) dont la mission doit consister à assister et à aider l’Exécutif (le Gouvernement) à accomplir efficacement ses tâches dans le domaine militaire et sécuritaire au profit de l’ensemble de la Nation Togolaise!

Les questions concernant la Défense et la Sécurité au Togo sous Faure Gnassingbé relèvent donc simplement du domaine du mercantilisme de bas étage, de l’inconscience et d’une piètre navigation à vue, au grand mépris de la Vie précieuse des Militaires de la Basse Armée et au grand mépris de l’intégrité physique des personnes et des biens.

Le Bas Peuple et la Basse Armée auront gravement tort de ne pas se mettre en ébullition de façon concomitante ou conjuguée au Togo pour faire effondrer irrémédiablement l’Échelle de l’Oppression du violent régime saprophyte de Faure Gnassingbé en rompant définitivement avec la mentalité morbide de servitude volontaire pour ne plus servir de socle à cette funeste Échelle de l’Oppression.

Et la Diaspora Togolaise combattante et pro-active aura gravement tort de ne pas appuyer massivement l’ébullition libératrice et émancipatrice du Bas Peuple et de la Basse Armée en lutte contre le régime prédateur de Faure Gnassingbé et de ses suppôts au Togo et hors du Togo.

Source: K. Koffi Folikpo

Agence de presse GOLFENEWS
Casier numéro 83 (Maison de la presse)
42, rue Atimé, Tokoin-Gbadago, Lomé - Togo.
Tél.: 0022893643812, 004915217480731
Email: redaction@golfenews.info
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook Twitter Youtube
© 2013 - 2024   Golfenews - Tous droits réservés.
Powered by eZONE