×
Accueil Afrique Agriculture Ailleurs sur le web Amerique Asie Chronique Coronavirus Dernieres dépêches Diaspora Diplomatie Education Élection présidentielle de 2020 au Togo En kiosque Environnment Europe Evènement Golfenews auf Deutsch Golfenews in English Humour / Histoires drôles InnovAfrica 2014 Justice LE COIN DES ANGLOPHILES Médias Music-clip vidéo Musique Poème Portrait Présidentielle 2015 au Togo Reportage vidéo Santé Transport
 

 

Buton haut de page
Météo
Dimanche 02 Octobre 2022   -   21 : 56 à Lomé
Facebook Twitter Instagram Linkedin Youtube
A propos   |   Contacts   |   Blogs
Pour la Liberté et le Pluralisme
DANS L'ACTU :
EGLISE CATHOLIQUE : QU’EST-CE QUE LE TEMPS ORDINAIRE ?
13 janvier 2014   -   Par Kouamivi Sossou
Fidèles et clergé de la paroisse Cristo Risorto

Le calendrier liturgique s'est élaboré progressivement au fil des siècles. Son dernier remaniement date de 1969, dans le prolongement de la réforme liturgique décidée au concile Vatican II. Les chrétiens catholiques sont rentrés dans le temps ordinaire ce lundi 13 janvier 2014. Le temps ordinaire (tempus per annum,en latin  comprend 33 ou 34 semaines. Allons à la découverte du temps ordinaire.

La première période commence avec la fête du Baptême du Christ, qui suit l'Épiphanie et marque la fin du temps de Noël. Elle s'achève à la veille du mercredi des Cendres qui est le début du Carême. La seconde période de temps ordinaire débute après la Pentecôte et se poursuit jusqu'à la fin de l'année liturgique, la nouvelle année démarrant avec le premier dimanche de l'Avent.

 

Dans ce calendrier, le temps dit ordinaire désigne les périodes autres que les deux temps forts célébrés par l'Église : d'une part, l'Avent et le temps de Noël ; d'autre part, le Carême, la fête de Pâques et le temps pascal jusqu'à la Pentecôte.

 Le "temps ordinaire" n'a d'ordinaire que le nom. En dehors de Noël et du temps pascal, c'est l'ensemble du temps liturgique qui permet aux fidèles de vivre sur une année complète tout le mystère du salut accompli par Jésus-Christ. Le temps ordinaire (tempus per annum,en latin, ou le temps le long de l'année) comprend donc les 33 ou 34 semaines couvrant le reste de l'année : la première période va du lundi suivant la fête du Baptême de Jésus (célébré le dimanche après l'Épiphanie) au mercredi des Cendres (non compris) ; la seconde période s'étend de la Pentecôte au premier dimanche de l'Avent (non compris), qui ouvre la nouvelle année liturgique. Ainsi, le 25 septembre 2011 est le 26e dimanche du temps ordinaire. Petite curiosité : les semaines du temps ordinaire sont toujours numérotées de 1 à 34, même si l'on ne compte que 33 semaines cette année-là ; on saute dans ce cas une unité entre les deux périodes.

 À quoi sert ce temps ?

 Dès les origines, l'Église a voulu que les fidèles revivent sur une année entière les événements de l'histoire du salut accomplis par Jésus-Christ. Pendant le temps ordinaire, lorsqu'on ne commémore pas un fait précis de la vie du Christ, de la Vierge Marie ou d'un saint, c'est le dimanche lui-même, "Pâque hebdomadaire", qui est valorisé comme "jour de fête primordial qu'il faut proposer et inculquer à la piété des fidèles (1)". Le temps ordinaire donne aussi aux fidèles l'occasion de progresser dans leur connaissance et leur compréhension des grands textes bibliques. Pendant les dimanches "ordinaires", en effet, à l'inverse des temps forts de l'année où les lectures sont choisies de façon thématique, on fait une lecture continue des textes (Épîtres et Évangile) de l'année en cours, selon un parcours conçu sur trois années A, B et C (on est actuellement dans l'année A, consacrée à l'Évangile de saint Matthieu). En semaine, on lit les quatre Évangiles en une année et des passages importants d'autres livres de la Bible en deux ans.

 Comment fonctionne-t-il ?

 L'année liturgique comprend en fait deux cycles qui se superposent. Le temps ordinaire s'insère dans le cycle liturgique de base, dit "temporal". Axé sur les événements de la vie du Christ, ce cycle a prééminence sur le cycle "sanctoral", consacré aux fêtes des principaux saints. La mobilité de la fête de Pâques et du temps liturgique qui en dépend, le fait que d'autres fêtes à date fixe tombent parfois le dimanche ont conduit à fixer des règles précises qui permettent de combiner ces deux cycles. Au fil des siècles, on avait ajouté dans l'année de très nombreuses fêtes de saints qui finissaient par éclipser la célébration du mystère pascal lui-même. Pour éviter cette dérive, Vatican II a largement revalorisé la célébration du dimanche, et a par ailleurs réduit le nombre des saints devant être fêtés par l'Église universelle, en confiant à chaque Église locale, nation ou ordre religieux la liberté de fêter les autres (2).

 Aujourd'hui, pendant le temps ordinaire, les dimanches sont toujours célébrés, sauf s'ils coïncident avec une grande fête dite "solennité" du Seigneur, de la Vierge ou des saints (leur nombre est limité à onze dans l'année). En semaine, on célèbre toujours les fêtes et les mémoires "obligatoires" des saints ; les autres jours de la semaine, on a le choix entre les messes du temps ordinaire, les mémoires "facultatives" et les messes consacrées à des dévotions diverses (dites "votives").

 Les protestants, les orthodoxes ont-ils un temps ordinaire ?

 Chez les protestants, l'année liturgique est rythmée d'une façon proche de celle des catholiques, hors les fêtes de la Vierge Marie et des saints. Comme les autres temps de l'année, le temps ordinaire a des "spontanés" spécifiques ; ce sont les courts chants ou "répons" que l'assemblée reprend avec l'orgue et qui ponctuent les différentes parties du culte. Les lectures bibliques des dimanches sont désormais communes aux protestants et aux catholiques, avec toutefois une certaine liberté laissée au pasteur protestant pour choisir les textes sur lesquels il fera sa prédication. Quant aux couleurs liturgiques, l'Église luthérienne et quelques Églises réformées utilisent les mêmes que les catholiques, en plaçant par exemple une bande de tissu de couleur sur la Bible ouverte. Mais cette pratique n'est pas majoritaire dans le monde réformé.

 Pour les orthodoxes, "le temps de l'Église n'est jamais ordinaire !",affirme avec conviction l'archiprêtre Serge Sollogoub. "On ne vit pas le temps d'une manière banale,confirme le théologien Michel Evdokimov, il y a toujours quelque chose à dire, on est toujours en chemin vers une fête du Christ, de la Vierge Marie, d'un saint…"

 Le monde orthodoxe compte en effet de très nombreuses fêtes de saints, quatre temps de Carême : le Carême de Noël, le Grand Carême de Pâques, le Carême précédant la fête de saint Pierre et saint Paul et le Carême de la Dormition (Assomption). La notion de temps ordinaire est donc peu employée. Dans la liturgie orthodoxe, deux cycles se chevauchent : le premier, qui comprend notamment les fêtes fixes, s'ouvre le 1er septembre sur la fête de l'"Indiction" ou Nouvel An ecclésiastique (le patriarche Bartholomée Ier de Constantinople en a fait une fête de la protection de l'environnement). Le second cycle commence après le dimanche de Pentecôte, il ouvre le temps eschatologique, le temps du Royaume.

 On compte les semaines à partir du dimanche de Pentecôte. Les couleurs des vêtements et ornements liturgiques sont plus variées que chez les catholiques. Leur emploi est relativement codifié dans les Églises dépendant du Patriarcat de Moscou. En revanche, dans le reste du monde orthodoxe, deux directives seulement prévalent : utiliser des couleurs sombres pendant le grand Carême pascal et des vêtements lumineux le jour de Pâques.

Article de Béatrice Bazil  paru dans la Croix 24 septembre 2011 (supplément Religion et Spiritualité.

 

La liturgie utilise la couleur verte

La liturgie utilise la couleur verte lors des célébrations du temps ordinaire, à l'exception de certains jours de fête particuliers. On met ainsi des habits blancs pour un certain nombre de dimanches à date mobile :

·         la fête de la Trinité1er dimanche après Pentecôte ;

·         la fête du Saint Sacrement, dite Fête-Dieu2e dimanche après Pentecôte ;

·         la fête du Christ-Roi, 34e et dernier dimanche du temps ordinaire.

D'autres fêtes ont lieu à date fixe et sont célébrées en blanc : la Présentation de Jésus au Temple (dite fête de la Chandeleur), l'Assomption de Marie, la fête deToussaint. Le rouge est utilisé pour la fête de l'Exaltation de la Sainte-Croix, les fêtes des Apôtres et évangélistes, et aux fêtes des saints martyrs. La commémoration des fidèles défunts a lieu en violet ou en noir.

Lectures du temps ordinaire[modifier | modifier le code]

Dans le lectionnaire utilisé par l'Église catholique romaine depuis 1970, lors des "temps forts" de l'année, les lectures sont choisies de façon thématique, pour se rapprocher du temps liturgique.

Au contraire, pendant le temps ordinaire, on procède à des lectures continues. Ainsi, pour la messe dominicale, l'Évangile du jour, lors des années A,B,C, est respectivement tiré de l'Évangile selon MatthieuMarc (avec également une part tirée de l'Évangile selon Jean) ou Luc. L'Épître (ou deuxième lecture) permet également une lecture continue des lettres de Saint-Paul :

·         année A : 1re lettre aux Corinthiens, lettre aux Romains, aux Philippiens, 1re lettre aux Thessaloniciens ;

·         année B : 1re et 2e lettres aux Corinthiens, lettre aux Éphésiens, Épître de Jacques, lettre aux Hébreux ;

·         année C : 1re lettre aux Corinthiens et lettre aux Galates, aux Colossiens, aux Hébreux, à Philémon et à Timothée, 2e lettre aux Thessaloniciens2.

Ces deux lectures continues, Évangile et Épître, se poursuivent indépendamment l'une de l'autre. En revanche, le texte de la première lecture, issu de l'Ancien Testament, est en général lié à l'Évangile du jour.

En outre, lors des messes de semaine du temps ordinaire, on procède également à une lecture continue de l'ensemble des Évangiles, selon le cycle suivant :

·         semaines 1 à 9 : Marc,

·         semaines 10 à 21 : Matthieu,

·         semaines 22 à 34 : Luc,

l'Évangile de Jean étant lu lors des temps liturgiques particuliers.

Agence de presse GOLFENEWS
Casier numéro 83 (Maison de la presse)
42, rue Atimé, Tokoin-Gbadago, Lomé - Togo.
Tél.: 0022893643812, 004915217480731
Email: redaction@golfenews.info
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook Twitter Youtube
© 2013 - 2022   Golfenews - Tous droits réservés.
Powered by eZONE