×
Accueil Afrique Agriculture Ailleurs sur le web Amerique Asie Chronique Coronavirus Dernieres dépêches Diaspora Diplomatie Education Élection présidentielle de 2020 au Togo En kiosque Environnment Europe Evènement Golfenews auf Deutsch Golfenews in English Humour / Histoires drôles InnovAfrica 2014 Justice LE COIN DES ANGLOPHILES Médias Music-clip vidéo Musique Poème Portrait Présidentielle 2015 au Togo Reportage vidéo Santé Transport
 

 

Buton haut de page
Météo
Samedi 28 Mai 2022   -   03 : 29 à Lomé
Facebook Twitter Instagram Linkedin Youtube
A propos   |   Contacts   |   Blogs
Pour la Liberté et le Pluralisme
DANS L'ACTU :
Les regards des journalistes sont tournés vers la signature d’une convention collective
07 juillet 2014   -   Par Kouamivi Sossou

etats generaux de la presse togolaise

Après les états généraux de la presse togolaise, les regards  des journalistes sont tournés vers la signature d’une convention collective.

La convention collective qui reste un accord entre l’employeur et l’employer sous la supervision d’un inspecteur de travail reste et demeure l'une des  conditions nécessaires pour la professionnalisation de la presse togolaise.

Les états généraux qui ont  eu lieu du 30 juin au 2 juillet à Kpalimé ont permis aux participants d’e faire  les recommandations  pour permettre l’amélioration des conditions de vie et de travail des journalistes, la formation des journalistes, l’augmentation de l’aide de l’Etat à la presse etc…

Mais, ce que certains journalistes regrettent, c’est l’absence d’une feuille de  route à court et à moyen terme. Ce que regrette également le syndicaliste Akoueté Beleki.

« Après les états généraux, il n’a y a pas de feuille de route à court et à moyen terme pour voir ce qui peut se faire à court et à moyen terme », a-t-il déclaré sur la radio Victoire fm.

  Parmi les  résolutions prises à Kpalimé,  il est temps qu’on exige une convention collective dans le monde de la presse, à cause des pénibilités du travail.

Ainsi, un contrat de travail rassure et garantie les journalistes et peut accroitre la productivité des entreprises de presse. Loin de léser les patrons d’entreprise  de presse, la convention collective avantage aussi les patrons de presse. « Mieux vaut le faire actuellement et non le faire sous la  pression sociale », précise l’ancien journaliste Akouete Beleki.

Au sein de certains entreprises de presse, le smig n’est pas même pas payé pour tendre vers la déclaration à la caisse nationale de sécurité sociale (A la caisse nationale de la sécurité sociale, l’employeur paie 16% et l’employer 4%).  

 « A défaut de convention collective, il faut des accords d’établissement. Pour le moment, chaque entité  peut avoir sa convention collective » a ajouté Akoueté Beleki.

Après ces états généraux, c’est aux journalistes de veiller au grain, de rappeler au gouvernement et aux patrons d’entreprise de presse,  ce qui doit être fait. « Il revient aux organisations syndicales de presse d’arracher leur droits, car personne ne viendra le faire à leur place », une maxime au sein  du Synjit.

Agence de presse GOLFENEWS
Casier numéro 83 (Maison de la presse)
42, rue Atimé, Tokoin-Gbadago, Lomé - Togo.
Tél.: 0022893643812, 004915217480731
Email: redaction@golfenews.info
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook Twitter Youtube
© 2013 - 2022   Golfenews - Tous droits réservés.
Powered by eZONE