×
Accueil Afrique Agriculture Ailleurs sur le web Amerique Asie Chronique Coronavirus Dernieres dépêches Diaspora Diplomatie Education Élection présidentielle de 2020 au Togo En kiosque Environnment Europe Evènement Golfenews auf Deutsch Golfenews in English Humour / Histoires drôles InnovAfrica 2014 Justice LE COIN DES ANGLOPHILES Médias Music-clip vidéo Musique Poème Portrait Présidentielle 2015 au Togo Reportage vidéo Santé Transport
 

 

Buton haut de page
Météo
Dimanche 22 Mai 2022   -   04 : 28 à Lomé
Facebook Twitter Instagram Linkedin Youtube
A propos   |   Contacts   |   Blogs
Pour la Liberté et le Pluralisme
DANS L'ACTU :
REFMA-TOGO n’est ‘’Ni Charlie, ni terroriste »
28 janvier 2015   -   Par Kouamivi Sossou

Le  collectif des associations islamiques au togo (composé du REFMA, HADIS, ACMT et AEEMT) a organisé une conférence de presse ce mercredi 28 janvier pour se prononcer sur les conséquences de l’attaque du journal français ‘’Charlie Hebdo’’. Refma-Togo  prône la ‘’non-violence’’ et dit  non à ‘’l’offense’’. Lire le communiqué de presse.

 

Le Bureau du Togo du Réseau des femmes musulmanes d'Afrique (REFMA-Togo) est l'émanation du REFMA basé à Dakar, une organisation panafricaine créée sous l'initiative des femmes musulmanes de tous les pays d'Afrique en vue de promouvoir les droits des femmes en général et de susciter leur accès efficient aux postes de prises de décisions. Le siège de REFMA-Togo est situé à Djidjolé, non loin de l'Ecole des sourds, en face du centre Médico-social.

Créée en décembre 2007, HADIS est une association islamique de bienfaisance qui milite pour le développement à travers des actions humanitaires à l’endroit des couches défavorisées, des formations d’ordre professionnelles et religieuses et la sensibilisation des populations sur les questions de l’heure. Son siège est situé à Tokoin Habitat, en face de l’entrée principale du Collège Protestant.

 

L’AEEMT (Association des Elèves et Etudiants Musulmans au Togo) est créée le 16 mai 1996 à Lomé. Son but est d’aider les élèves et étudiants musulmans vivant au Togo à cultiver et entretenir leur spiritualité et faire preuve d’une bonne citoyenneté. Elle couvre toute l’étendue du territoire national et intervient dans l’éducatif, le culturel et le social. Son siège est situé à la grande mosquée de l’Université de Lomé.

 

Créée le 26 août 2006, l’Association des Cadres Musulmans au Togo (ACMT) a pour but de regrouper les cadres musulmans afin de contribuer, dans un esprit de concertation, à l’épanouissement de la communauté musulmane du Togo dans le respect des principes de la laïcité.  Elle a pour objectifs principaux de constituer un cadre permanent et propice de concertation entre les cadres musulmans, encourager le dialogue entre les religions et élaborer des programmes de recherche sur l’évolution des sciences et technologies en Islam.

 

 

Ni Charlie, ni terroriste

Non à la violence, non à l’offense

Le monde entier a suivi stupéfié le 7 janvier à Paris, la randonnée terroriste qui a causé 17 morts au journal Charlie Hebdo et au Supercasher. Le Dimanche suivant l’attaque, près de 4 millions de français rejoints par 47 chefs d’Etats, réunis tous derrière le slogan «Je suis Charlie», descendent dans les rues de Paris pour protester contre le terrorisme et réaffirmer haut et fort le droit de s’exprimer librement. Malgré ce climat de deuil, le journal publia quelques jours après  un nouveau numéro le 13 janvier, vendu à des millions d’exemplaire, dans lequel le prophète Mouhamed (PSL[1]) posé à la une de l’hebdomadaire pleurant et tenant une pancarte "Je suis Charlie" disait "Tout est pardonné". Interviewer sur France info, Richard Malka, l’avocat de Charlie Hebdo, reconnait que le journal avait produit une autre caricature du prophète Mouhamed (saw) car, a-t-il déclaré : « L’humour sans autodérision n’est pas l’humour. Nous mêmes nous nous tournons en dérision, avec les politiciens, les religions, c’est un état d’esprit à avoir. »

Nous, collectif de 4 associations islamiques au Togo à savoir le REFMA- TOGO (Réseau des Femmes Musulmanes d’Afrique), l’Association islamique de bienfaisance pour le développement HADIS, l’ACMT (Association des Cadres Musulmans au Togo) et l’AEEMT (l’Association des Elèves et Etudiants Musulmans au Togo), condamnons la violence sous toutes ses formes quelle que soit l’idéologie au nom de laquelle elle est commise. De plus, nous condamnons avec la plus grande vigueur  ces actes monstrueux commis sous de faux prétextes religieux car les principes les plus élémentaires de l’islam rendent sacré la vie humaine et ses valeurs les plus basiques réfutent toute forme de violence à l’encontre d’autrui, peu importe ses convictions. Il est absurde de tuer des vies innocentes au nom de l’islam alors qu’il est déclaré dans son  noble Coran que : « Quiconque tue une vie innocente sera coupable du meurtre de toute l’humanité, et quiconque en sauve une aura le mérite d’avoir sauvé toute l’humanité » Coran : (Sourate 5 verset 32);  Il est incohérent de vouloir prôner la violence au nom d’une religion dont la signification profonde est la paix et dans laquelle son prophète dit : « Le vrai musulman est celui dont les gens sont à l’abri du mal de ses actes et de ses paroles »; il serait irrationnel de célébrer la vengeance au nom d’une conviction qui véhicule le pardon et dont les versets stipulent de  : « Rendre le mal par le bien »  Coran : (Chapitre 41 Verset 34). Nous pensons et nous avons des raisons de le croire, que les réels motifs de ces actes barbares perpétrés au nom de l’islam à travers le monde n’ont rien à voir avec la religion. Souvent, les vrais raisons sont ailleurs et la cause religieuse ne sert que de prétexte. Les musulmans sont aussi victimes de ces actes terroristes au même titre que nos frères non musulmans. Aussi, pensons-nous que le fait de déplacer le sujet vers une prétendue « guerre des civilisations », comme l’avait soutenu l’ex président français Nicolas Sarkozy serait une grosse erreur d’analyse et de jugement car la barbarie et l’horreur ne sont pas une civilisation mais des fléaux. Il ne s’agit pas d’une guerre entre l’islam et l’occident. Cette maladroite conception de l’actualité ne sert qu’à exacerber la haine entre communautés. En France, seulement, depuis ces évènements, on dénombra autant d'actes antimusulmans que ceux recensés durant toute l'année 2014 (128 agressions verbales, physiques, profanation de lieux de culte, …).Nous pensons qu’il s’agit plutôt d’une guerre entre le bien et le mal, entre les ténèbres et la lumière.

Face à un tel défi, nous sommes convaincus qu’il est important que toutes les populations du monde, épris de paix et de justice, s’unissent sans considération aucune de leur appartenance religieuse afin de combattre ce mal qui gangrène au jour le jour nos sociétés. Si un tel combat est déjà difficile dans l’union des forces, ce n’est pas dans la désunion qu’elle sera facile. Nous saluons à travers le monde la position lucide de tous ceux qui, condamnant vivement cet attentat, n’ont pas pour autant sombré dans l’amalgame entre l’islam et le terrorisme.

 Cependant, s’il est clair que nous soutenons la rédaction de Charlie en raison des crimes qui ont été commis dans ses locaux, nous exprimons notre grand malaise face à sa vision de la liberté d’expression, laquelle selon elle doit pouvoir se moquer de tout et  blasphémer car, argumente l’avocat de Charlie, Richard Malka, « L’état d’esprit de Charlie est le droit au blasphème » et quelque part d’autre, « …c’est un état d’esprit à avoir ». Qui aurait décidé d’un tel état d’esprit collectif à avoir ? Et sur quelle base ? Nous pensons que l’ensemble des lois et principes universels doivent promouvoir  la paix et éviter la haine dans les sociétés. Nous nous demandons : Quelle serait l’objectif  d’une liberté d’expression dans une nation si celle-ci insulte les convictions religieuses de ses citoyens, les affecte dans leurs croyances profondes et porte atteinte à leur intime sensibilité ? Nous nous interrogeons sur le bien-fondé d’une liberté d’expression qui veut pouvoir diffamer à tout prix le sacré sachant l’énorme choc que cela a toujours provoqué de part le monde. Pourquoi ne pas pouvoir s’exprimer librement en respectant autrui ? Certes la Déclaration universelle des droits de l’homme dans son article 19 reconnait à : «  Tout individu a le droit à la liberté d’opinion et d’expression ».  Cependant, le Pacte international des droits civils et politiques adopté par les nations unies depuis 1966 défini dans son article 19 les cadres de restriction de cette liberté quand celle-ci est confrontée au respect des droits ou de la réputation d’autrui, à la sauvegarde de la sécurité nationale, de l’ordre public, de la santé ou de la moralité publique ». Dans certaines religions tel que l’islam, la réputation des prophètes et le respect du sacré est une chose dont on ne peut jamais rire et qui s’avère plus précieux aux yeux des adeptes que leur propre réputation. Pourquoi vouloir remettre en cause ces convictions religieuses alors que la même déclaration des droits de l’homme dans son article 18 reconnait aux individus le droit à la liberté de religion et de sa pratique dans tous ses aspects, tant en public qu’en privé ? Le droit des uns ne devrait-il pas s’arrêter là où commence celui des autres ? Selon une étude réalisée par un centre de recherche aux USA en 2010, 84% de la population mondiale est religieuse. Permettre à ce que les uns puissent insulter, se moquer et blasphémer la religion des autres sachant bien que ceci est de nature à affecter profondément les sensibilités, c’est exposer les communautés du monde à nourrir la haine les unes envers les autres.

C’est pourquoi, nous nous associons à toutes ces voix, celle de l’Union Mondiale des Ulémas qui déclare : «Il n'est ni raisonnable ni logique, ni sage de publier les dessins et les films offensant le prophète ou attaquant l'islam. », celle du pape François qui défend la liberté d’expression en précisant qu’: « On ne peut insulter la foi des autres » ; nous nous joignons à ces positions  pour dire oui à la liberté d’expression mais à une liberté d’expression responsable. Et c’est pour toutes ces raisons que nous condamnons avec fermeté cette dernière parution du journal Charlie  et que nous qualifions son humour de lâche. Nous appelons également nos frères musulmans à plus de retenus et à ne pas surtout se tromper de cible afin d’éviter les situations de violence malheureuses connues dans certains Etats voisins au lendemain de ces caricatures. Nous profitons de l’occasion pour témoigner nos plus sincères compassions à toutes les familles, de quelle confession que ce soit,   touchées lors de ces manifestations anti-Charlie. Nous appelons la communauté internationale à mieux considérer cette question et adopter la résolution proposée par les pays membres de l’OCI visant à interdire le blasphème pour barrer la route aux provocateurs de tout bord. Nous sommes convaincus que ces mesures  ne pourront que favoriser un apaisement social et poser les bases d’un meilleur vivre-ensemble entre les communautés. Puisse Dieu guider le monde  dans sa recherche de la paix et la justice.

 

 

 

 

 

 


[1] Paix et Salut sur Lui

 

 

 

 

Agence de presse GOLFENEWS
Casier numéro 83 (Maison de la presse)
42, rue Atimé, Tokoin-Gbadago, Lomé - Togo.
Tél.: 0022893643812, 004915217480731
Email: redaction@golfenews.info
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook Twitter Youtube
© 2013 - 2022   Golfenews - Tous droits réservés.
Powered by eZONE