×
Accueil Afrique Agriculture Ailleurs sur le web Amerique Asie Chronique Coronavirus Dernieres dépêches Diaspora Diplomatie Education Élection présidentielle de 2020 au Togo En kiosque Environnment Europe Evènement Golfenews auf Deutsch Golfenews in English Humour / Histoires drôles InnovAfrica 2014 Justice LE COIN DES ANGLOPHILES Médias Music-clip vidéo Musique Poème Portrait Présidentielle 2015 au Togo Reportage vidéo Santé Transport
 

 

Buton haut de page
Météo
Samedi 25 Mai 2024   -   17 : 52 à Lomé
Facebook Twitter Instagram Linkedin Youtube
A propos   |   Contacts   |   Blogs
Pour la Liberté et le Pluralisme
DANS L'ACTU :
Togo (Masseda): SOS, un bébé sans bras abandonné par son père
18 septembre 2016   -   Par Kouamivi Sossou

Un bébé de 8 mois, né sans les deux bras crie à l'aide. Adjovi c’est par ce nom qu’on l’appelle puisqu’elle est née un lundi, une tradition chez les éwés du sud-Togo, attend vos soutients. 

Adjo n’a pas de nom de famille ni d’acte de naissance, de simple fait qu'elle est né sans les deux membres supérieurs.

Les faits se déroulent dans la préfecture du bas-mono, précisément dans le canton d’Attitogon, village dénomme Masséda au quartier Attitédomé.

 La mère, séduit par un jeune homme puis tomber enceinte (coureur de jupon, selon les villageois) a due abandonner son apprentissage pour affronter la vie de mère. 

En janvier dernier, elle accouche d'une fille appelée Adjo, après de nombreuses discordes entre les deux familles.

La naissance du bébé 

Ayant reconnu au début la paternité de la grossesse, le jeune Yao, enseignant dans une école privée d’Attiégou, à Lomé, natif de Masséda, a dans ses conquêtes séduit une autre fille qui finalement tombe aussi enceinte. 

 Après la naissance du bébé handicapée, de Adjo, l’enseignant qui est sensé jouer son rôle de père géniteur, feigne de méconnaître ses droits et devoirs.

Pare que pour Yao, le bébé ne doit pas être une personne en situation d'handicap. 

 Dans tout ce méli mélo, la Maman du géniteur, l'enseignant Yao, la grand mère de Adjo, met en garde son fils de ne jamais accepter prendre « énouwan » en Ewé qui veut dire « cette chose » comme enfant, car dit-elle « quand l’enfant devait naître on ne nous a rien dit, et comment vous pensez que je peux dire à mon fils de l’accepter comme sa fille ».

Depuis une semaine, Adjovi, agée de 8 mois, souffre de respiration, et l’ordonnance des docteurs de l’hôpital Saint Jean de Dieu d’Afagnan ne coûte pas les yeux de la tête, mais dépasse le niveau financier des parents de la maman. 

Selon les informations recueillies, si Adjovi n’est pas vite évacuée dans un hôpital pour la prise en charge, elle pourrait quitter le monde des vivants.

Un appel aux bonne volontés, aux Organismes internationales et au gouvernement togolais.

Hervé A.

Agence de presse GOLFENEWS
Casier numéro 83 (Maison de la presse)
42, rue Atimé, Tokoin-Gbadago, Lomé - Togo.
Tél.: 0022893643812, 004915217480731
Email: redaction@golfenews.info
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook Twitter Youtube
© 2013 - 2024   Golfenews - Tous droits réservés.
Powered by eZONE