×
Accueil Afrique Agriculture Ailleurs sur le web Amerique Asie Chronique Coronavirus Dernieres dépêches Diaspora Diplomatie Education Élection présidentielle de 2020 au Togo En kiosque Environnment Europe Evènement Golfenews auf Deutsch Golfenews in English Humour / Histoires drôles InnovAfrica 2014 Justice LE COIN DES ANGLOPHILES Médias Music-clip vidéo Musique Poème Portrait Présidentielle 2015 au Togo Reportage vidéo Santé Transport
 

 

Buton haut de page
Météo
Mercredi 05 Octobre 2022   -   17 : 58 à Lomé
Facebook Twitter Instagram Linkedin Youtube
A propos   |   Contacts   |   Blogs
Pour la Liberté et le Pluralisme
DANS L'ACTU :
La nouvelle monnaie Eco fait face aux critères de convergences (3e partie)
20 août 2019   -   Par Kouamivi Sossou

Comme prévu, voici la troisième partie des publications de l’économiste Dodji Nettey Koumou sur les critères de convergence de l’UEMOA avec l’avant dernière partie.

L’encours de la dette intérieure et extérieure rapporte au PIB nominal n’excède pas 70 %. Le critère relatif à l’encours de la dette publique totale rapporté au PIB nominal fait partie, de notre point de vue, des critères clés du pacte de convergence. Car, le non-respect de ce critère entraine d’immédiates conséquences dramatiques sur le niveau de vie des populations.

Ce ratio mesure l’évolution de la dette publique (dette intérieure et dette extérieure) par rapport à l’évolution de la richesse du pays, mesurée par le Produit Intérieur Brut (PIB). Le ratio de dette publique est intimement lié à celui du solde budgétaire. En effet, d’une année à une autre, la dette diminue si le solde budgétaire est en excédent. Par contre, elle augmente si le solde budgétaire est en déficit. C’est la raison pour laquelle, le solde budgétaire est le critère clé du pacte de stabilité.

Sa dégradation entraine une accumulation de la dette publique qui réduit la marge de manœuvre des gouvernants en matière de mise en œuvre des politiques publiques. Ceci peut mener dans les cas extrêmes, les pays à adhérer à des politiques d’austérité.

L’analyse des données du FMI montre l’évolution du ratio de la dette publique du Togo et de l’UEMOA entre 2004 et 2018 (Sources : rapports FMI sur les perspectives économiques régionales – Rapport FMI N° 18/362 de décembre 2018). On constate, que le Togo n’a respecté la norme de convergence qu’à partir de 2010 (point d’achèvement de l’IPPTE). Il a recommencé à s’endetter de nouveau à partir de 2014. Pendant ce temps, le ratio de dette publique de l’union est resté depuis 2008, inférieur à 70% du PIB nominal.

L’encours de la dette publique totale du Togo est passé de 1 222 milliards de FCFA en 2013, soit 57,2% du PIB nominal, à 2 106 milliards de FCFA en 2017 pour 75,6% du PIB nominal, avec un pic à 81,1% en 2016. Les prévisions du FMI pour 2018, projettent la dette publique à 2 231 milliards de FCFA.

La dette du Togo a ainsi quasiment doublé enregistrant une forte hausse de 82,56% entre 2013 et 2018. Du coté de l’union, le ratio de la dette publique est passé de 37,3% du PIB en 2013 à près de 49,1% du PIB en 2018 soit une hausse d’environ 12 points en l’espace de six ans. Cette rapide dégradation du ratio de la dette publique combinée avec la stagnation de la croissance explique le fait que la totalité des pays membres de l’union ait adhéré au programme de Facilité Elargie de Crédit (FEC.

Il faut mentionner en passant que du côté du Ghana et du Nigéria, le ratio de dette publique est passé respectivement de 57,2% et 12,6% en 2013 à 66,8% et 24,1% en 2018. A suivre…

Thomas Dodji Nettey KOUMOU
Veille Economique

Agence de presse GOLFENEWS
Casier numéro 83 (Maison de la presse)
42, rue Atimé, Tokoin-Gbadago, Lomé - Togo.
Tél.: 0022893643812, 004915217480731
Email: redaction@golfenews.info
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook Twitter Youtube
© 2013 - 2022   Golfenews - Tous droits réservés.
Powered by eZONE