×
Accueil Afrique Agriculture Ailleurs sur le web Amerique Asie Chronique Coronavirus Dernieres dépêches Diaspora Diplomatie Education Élection présidentielle de 2020 au Togo En kiosque Environnment Europe Evènement Golfenews auf Deutsch Golfenews in English Humour / Histoires drôles InnovAfrica 2014 Justice LE COIN DES ANGLOPHILES Médias Music-clip vidéo Musique Poème Portrait Présidentielle 2015 au Togo Reportage vidéo Santé Transport
 

 

Buton haut de page
Météo
Vendredi 27 Mai 2022   -   19 : 17 à Lomé
Facebook Twitter Instagram Linkedin Youtube
A propos   |   Contacts   |   Blogs
Pour la Liberté et le Pluralisme
DANS L'ACTU :
LE TOGO DOIT PASSER DU BUDGET MOYEN A UN BUDGET PROGRAMME
14 avril 2014   -   Par Kouamivi Sossou

Une première au Togo, la semaine de l’évaluation des politiques publiques. Ce n’est pas une  habitude dans les pays francophones, mais plutôt  une culture des pays anglophones. Les  pays francophones,  comme le Togo,  veulent  rattraper  un retard  après plus de 50 ans d’indépendance. Il n'est jamais trop tard pour mieux faire, dit on souvent.

SAM_0842

En effet, la prospective et l’évaluation sont les deux termes les plus  utilisés au cours du  séminaire organisé par le ministère de la prospective et de l’évaluation  le mois dernier à Lomé.

La prospective consiste à imaginer les futurs possibles et  rentre  dans la vison de chaque pays. En évaluant l’on utilise la gestion axée sur les résultats pour atteindre un objectif que chaque pays s’est fixé au  départ.

 Par exemple, l’époque où les voitures du gouvernement (Rtg) étaient utilisées dans les week-ends tire à sa fin avec la mise en place du ministère de l’évaluation.

Est-ce la fin des vieilles habitudes ?

Avant, l’on dépense de l’argent sans obtenir un résultat et le principe de la  redevabilité n’existait pas.  Dans la sous-région ouest africaine, compte tenu de l’efficience, les gouvernants passent du   budget  moyen au  budget programme. L’exemple du Benin, Sénégal et Mali qui expérimente déjà le budget programme.  

Une nouvelle feuille de route après la semaine de l’évaluation

L’Assemblée nationale et  la Cour des comptes peuvent évaluer le gouvernement.  Mais, pour le moment, les actions de ces deux  institutions de la République  sont comparées à une danse de caméléon.

Pour le ministre Kako Noubukpo : « Les grandes décisions prises après ce séminaire sont : «  La redevabilité, la gestion optimale et l’aide à la décision ».

Après ce séminaire, il y a une  convergence des vues sur l’évaluation.  Les citoyens doivent s’impliquer en s’appropriant des politiques publiques, les medias ne devraient pas être des spectateurs en concentrant leurs énergies sur la politique.

Aussi, il est temps que les directives de l’Uemoa soient transposées au Togo, car il y en a   certaines  qui  dorment actuellement sur la table de l’assemblée nationale.

Après ce séminaire, le ministère de l’évaluation se donne comme une nouvelle feuille de route : le  déplacement dans les 5 régions pour faire rentrer la culture du résultat dans les mentalités.

Les citoyens doivent s’intéresser à la chose publique

Dans cette dynamique, tout citoyen togolais  a droit à un service public adéquat. Le Togo est sur un point de non-retour. Après l’évaluation, il faut rendre publique les résultats. Il faut que les citoyens s’intéressent à la gestion de la chose publique.

En qualifiant de révolution copernicienne la semaine de l’évaluation, le ministre Kako Nouboukpo a du pain sur la planche, car après l’évaluation, il faut prendre des décisions concrètes.

 

Agence de presse GOLFENEWS
Casier numéro 83 (Maison de la presse)
42, rue Atimé, Tokoin-Gbadago, Lomé - Togo.
Tél.: 0022893643812, 004915217480731
Email: redaction@golfenews.info
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook Twitter Youtube
© 2013 - 2022   Golfenews - Tous droits réservés.
Powered by eZONE