Un petit j'aime
x
Un petit j'aime fera du bien à votre journal !
Si vous aimez déjà merci de fermer simplement
Togo: les attributions du ministre Yark Damehame
Publié le mercredi, 8 mars 2017 à 05:09 par Kouamivi Sossou

La hausse du prix des produits pétroliers à la pompe a suscité au sein des populations agitations et révoltes après sa mise en application le 28 février dernier. Ces manifestations de rues ont enregistré plusieurs blessés dont un mort par balle provoquant la colère du peuple togolais qui se sent marginaliser par le pouvoir en place.

Face à cette situation, le ministre de la Sécurité, Yark Damehame,  a appelé dans les heures qui ont suivi le soulèvement d'une partie de la population au calme et a promis ouvrir une enquête pour punir les auteurs de cet acte "hors la loi". Il rassure donc le peuple togolais que des mesures sont prises pour connaître le ou les auteur(s) du tir qui a causé la mort à Alabi Nadjinoudine. 

 Bonjour Son Excellence

Bonjour cher ami 

Pourquoi le gouvernement a attendu qu'il y ait des blessés et un mort par balle avant de communiquer le motif d'augmentation des prix des produits pétroliers à la pompe un mois après celle du mois de janvier?

 Le gouvernement était face à ce que nous appelons "mécanisme automatique" d'augmentation des prix des produits pétroliers. Les populations doivent comprendre que le gouvernement a fait face à l'urgence de l'heure. Certes, le motif n'a pas été communiqué à temps mais c'est pas une raison de dire que le gouvernement a attendu le pire avant de se prononcer sur la situation car il y a eu plusieurs fois la baisse de prix de ces mêmes produits dont elles n'étaient pas informées. Convenez vous avec moi que nul ne peut se réjouir dans de pareille situation. On aurait pu éviter encore un mort de plus.

 Vous avez déclaré au lendemain qu'une enquête sera ouverte, Amnesty international comme toutes organisations de la société civile, partis politiques, bref la population émettent ce vœu.

Au Togo, quand on ouvre une enquête, on ne la ferme jamais, c'est le cas de celle des événements de Mango contre la réhabilitation des aires protégées.

Est-ce qu'à la fin de cette enquête, la population saura qui a tué ce concitoyen et celui qui a intimé l'ordre de tirer?

Nos populations pensent que les auteurs de ces genres d'acte ne sont pas punis. Conformément aux textes et règles qui régissent mon département, les auteurs subissent des châtiments. Un soldat qui tombe sous le coup de la loi doit répondre à ses actes. Il passe soit un temps au tôle et est exclu temporairement ou soit réformé par mesure disciplinaire selon la gravité de l'acte. Pour faute pénale, il passe devant le Conseil de discipline puis conduit devant le juge. Pour nous souvent, c'est un "devoir de réserve" de ne plus annoncer publiquement nos sanctions. Je rassure le peuple qu'aucune enquête n'est demeurée sans suite. On agit mais selon les lois qui régissent l'armée togolaise car nul n'est au dessus de la loi. Nous publions chaque moi les noms et prénoms de même que le motif des agents punis chaque mois à la gendarmerie nationale. C'est ce qu'on appelle "l'ordre du mois".

 À quel moment les forces de l'ordre et de sécurité peuvent faire usage d'arme dans une manifestation publique?

 En aucun cas. Ils sont sur le terrain pour la protection et la sécurité des manifestants suivant un itinéraire donné. Ils peuvent réprimer par plusieurs moyens les dérapages sans toute fois faire usage d'arme. Mais soyez d'accord avec moi qu'un agent est aussi un humain comme les manifestants. Il peut dans d'autres cas se permettre de faire usage de son arme en cas de légitime défense. Dans ce cas, seul le juge peut peut donner raison. Mais par contre d'autres ouvrent le feu par zèle et c'est hors la loi. 

   Nous sommes très bien organisés pour suivre les manifestants dans les rues. Nous responsabilisons toujours certains pour le commandement sur le terrain mais reconnaissez que ces derniers ne peuvent pas être au four et au moulin. La fois dernière, nous vous avons été saisi que les populations protestaient contre la hausse des prix des produits pétroliers. C'est une manifestation spontanée qui a besoin d'être suivi. Notre mission est justement de veiller au respect de l'ordre public. Mais malheureusement j'ai été informé dans la soirée que les revendications ont pris d'autres tournures occasionnent des blessés et un mort par balle. Je crois que c'est un acte inadmissible qui nécessite d'être puni car "la conscience professionnelle est morte" chez certains agents de maintien d'ordre et de sécurité. 

 L'opération entonnoir continue par faire des victimes. La dernière est celle survenue a Aného. Ne pensez-vous pas qu'il faille changer de méthodes parce que comme le disait le président de la République Faure Gnassingbé, un mort est un mort de trop?

 Je laisse chacun avec sa conscience. C'est vraiment une lutte à laquelle une solution est entrain d'être trouvée. Le vrai problème, c'est les forces de sécurité eux mêmes. S'ils sont responsabilisés à certains postes, c'est pour faciliter le travail mais plutôt, c'est le contraire. Je me suis déplacé personnellement accompagné de mon directeur de cabinet sur le terrain à Aného où j'ai remarqué beaucoup de choses après avoir passé une demi-heure pour observer le trafic de transport du carburant frelaté (boudè). Je ne comprenais pas comment mes agents peuvent se permettre de prendre de l'argent chez ces commerçants pour laisser passer ces produits contre lesquels nous sommes en lutte depuis un bon moment. De la frontière béninoise à Lomé, vous allez trouver au moins deux poste de douanes mais ça ne va pas. Je suis entrain de mettre sur pieds d'autres stratégie lutte pour éveiller la conscience des forces de l'ordre et de sécurité.

 Le 31 janvier dernier, le gouvernement a adopté un décret portant création, organisation et fonctionnement d'une Agence Nationale de la Protection Civile. Quelle est l'utilité de cette agence?

 C'est une obligation de la Communauté Économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) de mettre en place cette agence d'ici fin 2017. Cette agence va regrouper les cadres des différents ministères pour faire face aux catastrophes naturelles dans chaque État membre. 

Un mot à l'endroit des populations togolaises 

Encore une fois, mes condoléances à la famille éplorée et prompte guérison aux blessés. Je rassure le peuple togolais que nos enquêtes aboutissent toujours seulement qu'elles ne sont pas rendues public. Les journées portes ouvertes des Forces Armées Togolaises sont une opportunité de mieux comprendre le fonctionnement de notre armée. Je vous remercie.

                             Source: Togonyigba

A lire aussi
Clips nouveautés musicales
En exclusivité sur Golfenews, visionnez les hits et nouveautés du moment
JUSTIN DUBE MEZU DZIDULA Clip Officiel
Ailleurs sur le web
compteur de visite pour site
visiteurs uniques ce mois
Abonnez-vous à nos bulletins d'informations électroniques et reçevez les dernieres infos pertinentes dans votre boite email
Retrouver Golfenews sur les réseaux sociaux, commenter et partager l'actualité avec vos amis et relations
GOLFENEWS
Pour la liberté et le pluralisme
Agence de presse GOLFENEWS
Casier numéro 47 (Maison de la presse)
Tél.: 00228 70024899
42, Rue Atimé, Tokoin-Gbadago, Lomé.
21BP51, Lomé - Togo
Email: contact@golfenews.info

© Golfenews 2013 - 2015
     Tous droits réservés

 


☼ Conception web: eZONE
      www.ezone-technologies.com
      contact@ezone-technologies.com